Travailler pendant la grossesse, "un moment difficile" pour quatre femmes sur dix

La bataille n'est pas encore gagnée pour les femmes enceintes au travail : plus de 40% d'entre elles gardent un souvenir pénible de cette période. Et la proportion atteint 70% pour la tranche des 25-34 ans, selon un sondage.

Si une majorité des femmes interrogées (55%) parlent de leur grossesse au travail comme d\'une période épanouissante, 43% évoquent un \"moment difficile\". 
Si une majorité des femmes interrogées (55%) parlent de leur grossesse au travail comme d'une période épanouissante, 43% évoquent un "moment difficile".  (MARIA ANNAS / BILDHUSET)

Etre enceinte, rien que du bonheur ? Au travail, pas toujours, selon une enquête Odoxa diffusée mercredi 24 juin par la Fondation PremUp, fondation de coopération scientifique sur la grossesse et la prématurité. Cet organisme milite pour mieux protéger la santé de la femme enceinte et du nouveau-né, et réduire ainsi le handicap à la naissance. Voici les enseignements les plus saillants du sondage qu'elle a commandé :

Pour les deux tiers des 25-34 ans, la grossesse est un "moment difficile" au travail

Travailler pendant la grossesse a été "un moment difficile" pour quatre femmes sur dix, selon ce sondage. Si la majorité (55%) des femmes interrogées parlent de leur grossesse au travail comme d'une période épanouissante, 43% considèrent que ce fut un "moment difficile". Et cette proportion grimpe à 70% parmi les 25-34 ans.

La quasi-totalité des femmes ne connaissent pas les risques éventuels de leur travail sur la grossesse

L'appréhension peut conduire à dissimuler le plus longtemps possible sa grossesse à l'employeur, par crainte de sa réaction. Quelque 17% des femmes disent ainsi avoir attendu quatre à six mois pour annoncer leur grossesse à leur supérieur(e) hiérarchique (21% parmi les 25-34 ans), selon cette enquête.

Quatre-vingt-quinze pour cent des femmes enceintes (dans le passé ou actuellement) ayant un emploi signalent n'avoir reçu aucune formation sur les risques liés à l'activité professionnelle et leurs conséquences sur la grossesse. 

Peu d'aménagements de poste proposés

Les aménagements de poste de travail sont d'ailleurs peu proposés, ou ignorés par celles qui y auraient droit. Un quart (27%) des actives seulement déclarent que la limitation des déplacements professionnels est proposée dans leur entreprise et 9% que le télétravail est possible. Cette dernière option permet pourtant d'éviter de longs trajets dans les transports.

L'aménagement des horaires semble être la seule pratique connue, citée par 42% des femmes interrogées. Et 67% des personnes interrogées considèrent que les entreprises ne prennent pas assez de précautions avec les femmes enceintes. Or, une grossesse sur cinq met en danger la santé de la mère ou de l'enfant, selon la Fondation.

Encore des stéréotypes sur le sujet

Les stéréotypes ont la vie dure : 42% des hommes interrogés déclarent notamment qu'"on ne sait jamais si les femmes enceintes reviendront après leur grossesse". Cet avis est partagé par 36% des femmes.

Cette enquête en ligne a été réalisée par l'Institut Odoxa pour la Fondation PremUp du 22 au 28 avril auprès d'un échantillon représentatif de 1 477 Français (1 000 femmes ayant été enceintes ou non et 477 hommes) âgés de 18 ans et plus.