Cet article date de plus d'un an.

Suède : les sombres révélations sur une tradition des bonbons

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min
Suède : les sombres révélations sur une tradition des bonbons
Article rédigé par France 2 - L.Desbonnets, J.Gasparutto, B.Derrier, B.Boussouar
France Télévisions
France 2
En Suède, les enfants ne peuvent manger des bonbons que le samedi, une tradition qui date de la fin des années 1940. Une étude scientifique avait révélé que trop de sucreries pouvait gâter les dents. Près de 80 ans plus tard, la découverte des conditions de sa réalisation choquent la société suédoise.

Chaque samedi, les magasins de bonbons suédois voient les files d'attente s'allonger. C'est le seul jour de la semaine où les enfants peuvent déguster des sucreries. Mais la plupart des habitants ignorent l'origine de cette tradition, bien ancrée dans le pays. Elle repose sur une expérimentation cruelle, longtemps passée sous silence. Si aujourd'hui, le lien entre le sucre et les caries paraît évident, en Suède en 1947, il fallait encore le démontrer scientifiquement, au prix de terribles souffrances. 

Jusqu'à 17 caries pour certains patients tests

Une institution pour handicapés mentaux a été choisie pour mener une expérience sordide. Selon les résultats découverts par une chercheuse, les patients ont été poussés à manger, en deux ans, de fortes quantités de sucre.

"Les glucides, sous forme de bonbons collants sur les dents ont provoqué des caries chez presque tous. Sur les 1 000 participants à l'étude, dix ont eu un grand nombre de caries, jusqu'à 17, et 50 d'entre eux ont eu jusqu'à dix caries", explique Elin Bommenel, chercheuse à l'université de Lund (Suède). Ces résultats ont changé fondamentalement la médecine dentaire, mais les douleurs terribles endurées par les 1 000 patients sont longtemps restées méconnues.

Parmi nos sources :

Etude de Elin Bommenel, chercheuse à l’université de Lund, Suède (en anglais) 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.