Cet article date de plus de huit ans.

Sport sur ordonnance : le cancer entre dans la boucle

Les patients ayant souffert d'un cancer pourront pratiquer gratuitement une activité, à Strasbourg, pour lutter contre les risques de rechute.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le dispositif de "sport sur ordonnance" vise à inciter les malades à faire du sport, en leur donnant accès gratuitement à certaines activités. (EURASIA PRESS / AFP)

Le dispositif "Sport sur ordonnance" s'étend. La ville de Strasbourg a annoncé, lundi 16 septembre, qu'elle allait permettre aux patients ayant souffert d'un cancer de pratiquer gratuitement une activité sportive, afin de réduire le risque de récidive. La procédure, qui a bénéficié, depuis son lancement fin 2012, à plus de 300 patients traités pour obésité ou diabète, va ainsi concerner les personnes ayant été traitées pour un cancer du côlon ou du sein.

"Plusieurs études le montrent : faire régulièrement du sport permet aux personnes ayant été traitées pour un cancer, et désormais en rémission, de diminuer le risque de récidive de 30 à 50%", a indiqué le docteur Alexandre Feltz, conseiller municipal PS délégué à la santé, dressant un premier bilan de l'opération. 

Un budget revu à la hausse pour financer l'opération

Le dispositif de "sport sur ordonnance" vise à inciter les malades à faire du sport, en leur donnant accès gratuitement à certaines activités - marche en club, vélo, natation, gymnastique douce... -, tout en étant encadrés par un éducateur sportif. Plus de 120 médecins généralistes strasbourgeois participent à l'opération en prescrivant des activités sportives.

Selon Alexandre Feltz, l'opération a contribué à "faire sortir de chez lui" un public fragilisé, issu à 50% de quartiers défavorisés et qui, parfois, "ne faisait plus grand chose" du fait des difficultés liées à la maladie. Quelque 70% des patients ne savaient ni nager ni faire du vélo avant d'être pris en charge par un éducateur sportif. Le budget annuel va passer de 160 000 à 200 000 euros, dont la moitié sera apportée par la municipalité, et un deuxième poste d'éducateur sportif sera créé.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.