Un 33e marathon des Sables : seul face à soi-même dans le désert

Chaleur, fatigue... Rien n'a épargné les concurrents du 33e marathon des Sables. 250 kilomètres dans le désert marocain qui met à l'épreuve les professionnels, mais aussi les amateurs.

Voir la vidéo

19 heures et 35 minutes. Pour la cinquième fois consécutive Rachid El Morabity triomphe dans le désert marocain. Chez les femmes c'est l'Américaine Magdalena Lewy-Boulet qui l'emporte en 25 heures et 11 minutes. Ces deux champions se sont imposés dans l'une des courses les plus difficiles au monde : le marathon des Sables. C'est un environnement des plus hostiles, des températures glaciales la nuit - seulement 5°C - des températures brûlantes dans la journée avec un mercure qui peut grimper jusqu'à 50°C.

Tempête de sable pour les 977 marathoniens

Pour triompher du marathon des Sables, outre la chaleur et la fatigue, chaque participant affronte aussi la solitude. Il a pour seul compagnon son sac à dos, et aucune aide extérieure n'est permise. Rien n'a été épargné aux coureurs, jusqu'au bout ils ont souffert. Lors de la sixième et dernière étape, une tempête de sable s'est abattue sur les 977 marathoniens.

Le JT
Les autres sujets du JT
NOVEMBRE. Des coureurs du marathon des Sables, une course de 250 km, le 29 novembre 2017 au Peru, entre Coyungo et Samaca.
NOVEMBRE. Des coureurs du marathon des Sables, une course de 250 km, le 29 novembre 2017 au Peru, entre Coyungo et Samaca. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)