Noyades : le nombre de passages aux urgences depuis le 1er juillet en baisse de 26% par rapport à 2018 et 2019

Selon l'enquête, cette baisse s'explique par plusieurs facteurs, essentiellement liés à la crise sanitaire. La fermeture des piscines privées ou payantes ainsi que les restrictions d'accès aux plages ont réduit le risque de noyades.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une patrouille de police circule à l'Île de Ré, le 7 juillet 2020. (PIERRE TEYSSOT / MAXPPP)

Le nombre de passages aux urgences depuis le 1er juillet, lié à une noyade, est en baisse de 26% par rapport à 2018 et 2019, selon le point épidémiologique de Santé publique France, arrêté au 15 juillet et publié mardi. Entre le 1er juin et le 14 juillet 2020, 320 passages ont été enregistrés aux urgences. Il y en avait 437 en 2019 et 433 en 2018.

Une baisse liée à la crise sanitaire

Selon l'enquête, cette baisse s'explique par plusieurs facteurs, essentiellement liés à la crise sanitaire. Jusqu'au 2 juin, la fermeture des piscines publiques ou privées payantes (piscine municipale, base de loisirs ou parc d'attraction) ou des piscines privés des hôtels, campings ou clubs de vacances, ont de fait réduit les possibilités d'aller se baigner et donc le risque de noyades. Les restrictions d'accès à certaines plages ont également eu un effet sur cette baisse. Sur la première quinzaine de juillet, la baisse de la fréquentation touristique de certaines régions a aussi limité les possibilités de baignades. Et puis les conditions climatiques ont également joué un rôle. Malgré les fortes chaleurs de la fin juin, elles ont été moins favorables au mois de juin et au début du mois de juillet 2020 que par rapport aux mêmes périodes de 2018 et 2019.

Presque toutes les régions sont concernées par la baisse du nombre de passages aux urgences. Mais ce nombre reste relativement stable en Bourgogne-Franche-Comté, en Corse, en Nouvelle-Aquitaine, dans les Pays-de-la-Loire, en Outre-mer et dans une moindre mesure, en Provence-Alpes-Côte-D'azur.

60% des admissions aux urgences pour noyades concernent des enfants

Selon Santé publique France, ces admissions pour noyades sont majoritairement des enfants (60%). 47% des admis aux urgences ont moins de 5 ans. Et 13% ont entre 6 et 12 ans. Les plus de 45 ans sont également largement représentés, avec 20% des admissions. 12% ont plus de 65 ans et 8% ont entre 45 et 64 ans. Cette répartition par âge du recours aux urgences pour noyade reste globalement similaire à celle observée en 2018 et 2019 sur la même période.

Santé publique France tient à rappeler les conseils de prévention à observer car la baignade comporte des risques pour tous les âges, mais les noyades restent évitables. L'apprentissage de la natation reste essentiel. Selon le baromètre santé 2016 de Santé publique France, près d'un Français sur six (16%) ne savait pas nager. L'Agence insiste aussi sur le fait qu'un enfant doit toujours être surveillé sur les lieux de baignades. Les adultes, eux, doivent savoir également tenir compte de leur état de santé. Enfin, Santé publique France invite chacun à tenir compte de l'environnement des lieux de baignades et à respecter les consignes de sécurité données localement.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.