Les pompiers appellent à une redéfinition de leurs missions

De moins en moins "soldat du feu", de plus en plus ultime recours face à la détresse humaine et sociale. A l'occasion du congrès annuel des sapeurs-pompiers, qui s'est ouvert mercredi, portrait d'une profession en pleine mutation.

Appeler les pompiers plutôt qu'un médecin de garde ou la police... C'est devenu un réflexe. Aujourd'hui, les secours à la personne mobilisent 84% des interventions des pompiers contre 54%, vingt ans plus tôt.

Patrick Hertgen, médecin-chef du SDIS du Nord explique que les pompiers interviennent de plus en plus pour pallier le manque de médecins de garde ou même d'ambulances pour transporter des patients à l'hôpital pour des rendez-vous programmés.

Le feu ne concerne plus que 10% des missions des sapeurs-pompiers. Un bouleversement profond qui expliquerait en partie la crise des vocations : le nombre de volontaires stagne depuis des années et pourtant ils constituent le gros des troupes.

Le malaise des pompiers
Le malaise des pompiers