Greffe de la trachée : première mondiale française

Des médecins français ont réussi une greffe de la trachée sur une douzaine de patients. Une première mondiale révélée lundi 21 mai.

Voir la vidéo
France 3

Il est aujourd'hui en parfaite santé, mais Éric Volery revient de loin. Ce Marseillais de 40 ans souffrait du rétrécissement chronique de sa trachée et de graves difficultés respiratoires. Sa rencontre avec le professeur Martinod de l'hôpital Avicenne de Bobigny (Seine-Saint-Denis) a changé sa vie. Éric Volery fait partie de ces 13 patients qui ont bénéficié d'une prouesse médicale, une première mondiale : la greffe d'un organe respiratoire au niveau de la trachée ou des bronches avec une technique inédite.

12 succès, un échec

Les tissus malades ont été remplacés par l'aorte abdominale de donneurs décédés. "L'intérêt majeur, c'est que ce tissu n'induit que très peu de réactions immunologiques", explique Emmanuel Martinod. En d'autres termes, très peu de rejet. L'idée d'utiliser le corps humain pour générer des organes artificiels est le fruit de vingt ans de recherches. Le professeur Martinod et son équipe ont commencé ces transplantations en 2009 sur 13 patients. Seul l'un d'entre eux n'a pas survécu. La trachée était l'un des derniers organes à résister encore à la transplantation. Ces greffes représentent donc un espoir majeur pour les malades.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le professeur Emmanuel Martinod à l\'hôpital Avicenne de Bobigny (Seine-Saint-Denis), le 17 mai 2081.
Le professeur Emmanuel Martinod à l'hôpital Avicenne de Bobigny (Seine-Saint-Denis), le 17 mai 2081. (CHRISTOPHE SIMON / AFP)