Cancer du sein : l'autopalpation en complément

L'opération octobre rose se poursuit. C'est un mois pour rappeler l'importance du dépistage du cancer du sein.

France 3

C'est une jeune femme combative. Axelle s'est remise de son cancer du sein. Et aujourd'hui, elle participe à une séance photo : des clichés partagés ensuite sur les réseaux sociaux pour sensibiliser le plus grand nombre au geste de l'autopalpation. Le principe : palper ses seins à la recherche de grosseurs anormales. Des gestes que l'on enseigne dans cette clinique d'Ile-de-France le temps d'une journée à l'aide d'un mannequin.

Des diagnostics plus précoces

Des gestes qui permettent aussi d'alerter sur la nécessité de consulter. "L'autopalpation doit rentrer dans des dépistages et c'est un moyen aussi de faire participer la population au dépistage de manière plus active que la mammographie", explique la docteure Ludmilla Ribière, oncologue. Certains médecins sont plus prudents, pour eux l'autopalpation a aussi ses limites. L'autopalpation reste toutefois conseillée dès 20 ans une fois par mois. Elle peut permettre des diagnostics plus précoces.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une mammographie réalisée dans une clinique de Nice (Alpes-Maritimes), le 28 novembre 2012. 
Une mammographie réalisée dans une clinique de Nice (Alpes-Maritimes), le 28 novembre 2012.  (MAXPPP)