Sidaction : "Les chercheurs ont toujours besoin de nous, de vos dons", lance Line Renaud

L'artiste a commencé à se mobiliser contre le VIH en 1985. Aujourd'hui, "la France est toujours en guerre contre ce même virus", a-t-elle déclaré sur France Inter vendredi, alors que débute la 25e édition du Sidaction.

Line Renaud, en 2017, lors du dîner de la Mode du Sidaction.
Line Renaud, en 2017, lors du dîner de la Mode du Sidaction. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

"Il y a 25 ans, c’est un cri de guerre que je lançais : La France est en guerre contre un virus. (Aujourd'hui) la France est toujours en guerre contre ce même virus", a déclaré la vice-présidente du Sidaction, vendredi 5 avril sur France Inter.

>> Sidaction : "Ces dernières années, nous ne voyons pas de diminution du nombre de contaminations"

Line Renaud se souvient de l'époque où elle a commencé à se mobiliser contre le VIH, avec la création de l'Association des artistes contre le sida en 1985. Des débuts difficiles : "Je recevais des lettres presque d’insultes. On disait que c’était les homosexuels, les drogués, qu'ils l'avaient voulu, qu'il fallait les laisser les mourir... C’était terrible", confie la chanteuse et comédienne. "Ensuite, quand on a fait le Sidaction en 1994, on n’en a plus jamais reçu", note-t-elle.

Une opération symbolique ce 5 avril

"Quand avec Pierre Bergé [homme d'affaires avec qui elle a cofondé l'opération, ndlr] nous avons uni nos forces, la réaction a été extraordinaireC’était unique d’avoir toutes les chaînes de télévision ensemble, unies, mobilisées pendant neuf heures : le même programme sur toutes les chaînes" , se rappelle Line Renaud. "On avait recueilli 45 millions d’euros avec cette soirée de neuf heures, et on n’a plus jamais pu faire" le même score, regrette-t-elle. 

25 ans après, la vice-présidente du Sidaction évoque une opération "symbolique" pour ce 5 avril. "Nous avons tous les présidents de chaînes, toutes chaînes confondues, ensemble dans un direct pour lancer le Sidaction 2019", se félicite Line Renaud, tout en en expliquant qu'il restait "encore beaucoup" de chemin à parcourir. "Les chercheurs ont toujours besoin de nous, de vos dons. Nous sommes la seule association de fonds privés à soutenir la recherche contre le sida", rappelle-t-elle.