Sida : un allègement du traitement est possible pour les personnes séropositives

Les conclusions d’un essai sur l’allègement du traitement des personnes séropositives sont présentées ce mardi en Afrique du Sud, à Durban, lors de la 21e conférence internationale sur le sida. Cent malades du sida ont participé à un test : ne prendre le traitement que quatre jours par semaine au lieu d’une prise quotidienne. Et ça marche.

(96% des patients ont eu un succès thérapeutique (Photo d'illustration) © MaxPPP)

Une personne séropositive doit prendre un traitement à vie. Il est donc intéressant de l'alléger pour limiter les effets secondaires, mais aussi pour améliorer les conditions de vie. Cet essai a concerné cent personnes atteintes du sida, soignées depuis plusieurs années, pour lesquelles le virus était devenu indétectable. Pendant 48 semaines, ces volontaires n'ont pris leur traitement que quatre jours sur sept.

"Le virus du VIH ne se multiplie pas dans le sang"

Les résultats sont très positifs, selon le docteur Pierre de Truchis, infectiologue à l'hôpital Raymond Poincaré à Garches : "96% des patients ont eu un succès thérapeutique, le virus du VIH ne se multiplie pas dans le sang ". C’est-à-dire que la charge virale reste indétectable. Pierre de Truchis ajoute : "Ce succès thérapeutique se maintient, malgré la baisse des médicaments, pendant toute la durée de l’essai. La plupart des gens disent avoir l’impression de maîtriser beaucoup mieux leur santé, de choisir de prendre leur traitement les quatre jours et de choisir de ne pas les prendre le week-end. Cela leur permet de partir chez des amis sans avoir forcément à sortir leurs médicaments ." 

Mais il faudra attendre le résultat d'un autre essai qui sera lancé à la fin de l'année avec 600 patients pour confirmer ces résultats. Ce n'est qu'ensuite que l'on pourra éventuellement proposer de passer d'un traitement quotidien à un traitement quatre jours sur sept, générant une économie de l'ordre de 400 euros par mois.

À LIRE AUSSI ►►► Sida : des "progrès menés depuis 15 ans (...) mais on reste loin du compte" (C. Offerlé, porte-parole AIDES)