Ehpad : "Il faut que le président de la République ait un discours fort" sur la prise en charge des personnes âgées

La grève dans les Ehpad est "un mouvement profond de société" a estimé mardi sur franceinfo Pascal Champvert, président de l'association des Directeurs au service des personnes âgées.

Une manifestante pendant le rassemblement de soutien aux Ehpad à Lille (Nord), le 30 janvier 2018.
Une manifestante pendant le rassemblement de soutien aux Ehpad à Lille (Nord), le 30 janvier 2018. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)
avatar
franceinfoRadio France

Mis à jour le
publié le

Le président de l'association des Directeurs au service des personnes âgées a interpellé mardi 30 janvier Emmanuel Macron sur franceinfo. Pascal Champvert a demandé au président d'avoir "un discours fort" sur la prise en charge des seniors à l'image de celui que la lutte contre le sexisme. Les personnels des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) sont appelés à faire grève mardi et à manifester pour réclamer plus de moyens.

franceinfo : Soutenez-vous ce mouvement ?

Pascal Champvert : Bien entendu, nous soutenons ce mouvement qui est celui de l'ensemble des organisations syndicales, de toutes les associations de retraités et de personnes âgées et de l'ensemble des associations de familles. Il faut que les pouvoirs publics comprennent que c'est un mouvement profond de la société. Tous ceux qui sont concernés par l'aide aux personnes âgées, disent "ça ne peut plus continuer comme cela". Il est insupportable que les personnels s'épuisent et qu'ils travaillent au risque de leur santé. Les familles s'épuisent. Les personnes âgées ne sont pas respectées, que ce soit en établissement et à domicile. C'est un mouvement profond. Il faut que le président de la République entende cet appel et qu'il se positionne comme l'ont fait ses prédécesseurs.

Que réclamez-vous ?

Nous ne demandons pas grand-chose. Nous demandons juste à l'État qu'il respecte ses engagements. Il y a cinq ans déjà, l'État aurait dû, par les engagements qu'il avait pris antérieurement, faire en sorte qu'il y ait huit à dix professionnels pour dix personnes âgées dans les maisons de retraite. Aujourd'hui, on est à peine à six. C'est insupportable. On a les mêmes problèmes à domicile, où l'État refuse une augmentation des salaires de 0,44%, c'est-à-dire une misère pour des personnels qui sont sous-payés. Toutes ces questions sont à l'ordre du jour.

Qu'attendez-vous du président Macron ?

Il faut d'abord que le président Macron se préoccupe de nos aînés les plus âgés, ceux qui ont fait la France telle qu'elle est aujourd'hui. Il faut que le président de la République ait un discours fort. Il a tenu des propos extrêmement utiles pour lutter contre le sexisme. Il faut qu'il utilise des propos aussi forts pour lutter contre l'âgisme. Ce cancer de notre société fait que l'on dévalorise toujours ce qui concerne les personnes âgées. Il faut qu'il ait des paroles fortes. Il faut ensuite qu'il prolonge la réflexion engagée par les présidents Chirac, Sarkozy et Hollande. Il faut enfin que ces différentes réflexions aboutissent. La France doit rattraper le retard honteux qu'elle a sur tous ses voisins européens. C'est-à-dire augmenter le temps passé auprès des personnes âgées à domicile et en établissement. Il est inacceptable que ces personnes âgées qui ont besoin de temps, de relations, de contacts, se voient expédiées dans des emplois du temps de salariés qui sont toujours débordés et qui n'en peuvent plus.