Dépendance : le casse-tête du financement

Sur le plateau de France 3, le journaliste David Boéri revient sur la problématique du financement de la dépendance, que le gouvernement devra régler afin de faire face au vieillissement de la population.

Le nombre de personnes âgées qui touchent l'allocation personnalisée d'autonomie devrait doubler d'ici 2060, et le gouvernement devra trouver comment financer ces dépenses publiques. Cette dépendance est déjà en partie financée par ce lundi de Pentecôte travaillé (21 mai), mais ce n'est pas assez. Instaurer une deuxième journée de solidarité permettrait-il de régler le problème ? "Eh bien, non. Un jour férié travaillé comme ce lundi de Pentecôte rapporter trois milliards d'euros. Pour financer toute la dépendance, il faudrait supprimer les onze jours fériés qui existent aujourd'hui en France", explique en plateau le journaliste David Boéri.

Des assurances privées ?

Pour cause, "d'ici 2060, la facture devrait doubler, passant de 30 à 60 milliards d'euros par an. Cette deuxième journée ne serait donc qu'une solution provisoire ; elle présente l'avantage d'augmenter rapidement les recettes en augmentant les prélèvements, mais sans créer de nouvel impôt. Deux autres pistes plus durables sont à l'étude : mettre en place des assurances privées, ou bien créer une cinquième branche de Sécurité sociale, avec à la clé de nouvelles cotisations. Le gouvernement s'est engagé à présenter une solution d'ici la fin de l'année", conclut-il.

Le JT
Les autres sujets du JT
Les restaurateurs ne veulent pas avoir à payer la boîte du \"doggy bag\".
Les restaurateurs ne veulent pas avoir à payer la boîte du "doggy bag". (GETTY IMAGES)