Reste à charge zéro : craintes autour des prix des mutuelles

Les associations de patients sont satisfaites de la mise en place du reste à charge zéro mais craignent une hausse des prix des mutuelles sur le long terme, comme nous l'explique Marie-Annick Lambert, administratrice de France Assos Santé. 

C’était l’une des grandes promesses d’Emmanuel Macron : que les Français n’aient plus à débourser un centime pour certains dispositifs médicaux. Plusieurs annonces d'Emmanuel Macron sont à retenir sur le remboursement à 100% des prothèses auditives allant jusqu’à 950 euros par oreille, le remboursement des lunettes et celui des prothèses auditives. Marie-Annick Lambert de France Assos Santé dit vouloir rester vigilante sur les prix des complémentaires santé.

  • Êtes-vous satisfait des annonces d’Emmanuel Macron sur le reste à charge zéro ?

Marie-Annick Lambert, France Assos Santé : Oui nous sommes satisfaits car cela concerne des gênes du quotidien qui peuvent handicaper la vie. Une mauvaise vue, de mauvaises dents, ce sont des choses concrètes. Et pour une fois, il va y avoir une prise en charge possible alors que ce sont les secteurs où il y avait beaucoup de renoncement aux soins à cause des prix élevés.

  • Sur qui va reposer l’effort ?

Marie-Annick Lambert, France Assos Santé : En dentaire, en optique et dans l’auditif il y a de nombreux efforts à fournir. Ce sont trois secteurs où l’assurance maladie ne s’engageait quasiment pas. Les complémentaires santé vont s’engager mais l’assurance maladie aussi, donc c’est un effort commun.

  • Les prix des mutuelles risquent-ils d’augmenter sur le long terme ?

Marie-Annick Lambert, France Assos Santé : Les mutuelles se sont engagées à ne pas augmenter leurs tarifs pendant 3 ans mais il faut voir cela sur le long terme. Il faut être vigilant car les expériences passées montrent qu’il existe un risque. Peut-être que dans 3 ans, il y aura une augmentation et ce serait très dangereux. En particulier sur les prothèses auditives qui concernent des personnes âgées qui sont souvent en contrat individuel. Si vous avez une hausse trop forte de ces cotisations, ils vont renoncer à leur mutuelle et alors le reste à charge zéro ne s’appliquera pas. Ce serait alors une réforme pour rien.

Entretien avec Marie-Annick Lambert, administratrice France-Assos Santé
Entretien avec Marie-Annick Lambert, administratrice France-Assos Santé