Quatre questions sur les laits infantiles retirés des ventes après la contamination de vingt bébés par des salmonelles

Les infections peuvent survenir dans les trois jours suivant l'ingestion de ces laits. Elles provoquent des symptômes de gastro-entérite avec des vomissements, une diarrhée parfois sanglante et de la fièvre dans la majorité des cas.

Les autorités demandent aux parents qui ont acheté des boîtes de ces lots de ne pas les utiliser, même si elles sont neuves.
Les autorités demandent aux parents qui ont acheté des boîtes de ces lots de ne pas les utiliser, même si elles sont neuves. (WESTEND61 / BRAND X / GETTY IMAGES)

Les autorités sanitaires appellent les parents concernés à la prudence. La Direction générale de la santé (DGS) a annoncé samedi 2 décembre avoir procédé au retrait et au rappel de lots de laits infantiles, commercialisés sous trois marques différentes provenant du groupe Lactalis, après avoir été informée de la "contamination par des salmonelles de 20 jeunes enfants âgés de moins de 6 mois dans huit régions différentes".

Quels sont les lots concernés ? Quels sont les risques pour les bébés ? Comment réagit Lactalis ? Franceinfo récapitule.

1Le lait infantile que j'ai acheté est-il concerné ?

Douze lots de laits infantiles sont concernés par le rappel. Il s'agit du Lait Picot SL sans lactose 1er âge 350 g, du Lait Pepti Junior sans lactose 1er âge 460 g et du Lait Milumel Bio 1er âge 900 g sans huile de palme.

Voici les numéros des lots concernés, accompagnés de leur date limite d'utilisation optimale (DLUO).

• Lait Picot SL sans lactose, 1er âge 350 g :
Lot : 17C0012344 - DLUO 15/02/2019
Lot : 17C0012877 - DLUO 01/06/2019
Lot : 17C0013216 - DLUO 18/09/2019
Lot : 17C0013549 - DLUO 29/09/2019

• Lait Pepti Junior sans lactose, 1er âge 460 g :
Lot : 17C0012512 - DLUO 14/09/2018
Lot : 17C0012856 - DLUO 01/12/2018
Lot : 17C0013179 - DLUO 01/02/2019

• Lait Milumel, Bio 1er âge 900 g, sans huile de palme :

Lot 17C0012592 – Date de durabilité minimale : 03/04/2018
Lot 17C0012845 – Date de durabilité minimale : 22/05/2018
Lot 17C0012848 – Date de durabilité minimale : 26/08/2018
Lot 17C0012960 – Date de durabilité minimale : 12/09/2018
Lot 17C0013084 – Date de durabilité minimale : 13/10/2018

2Que faire si je possède du lait concerné par ce retrait ?

Les autorités demandent aux parents qui ont acheté des boîtes de ces lots de ne pas les utiliser, même si elles sont neuves. Si votre enfant a consommé du lait infantile concerné par le rappel, il est conseillé de prendre rendez-vous avec votre pédiatre ou de se rendre en pharmacie pour obtenir un lait de substitution.

Un numéro vert, le 0800 120 120, a été mis à disposition des parents pour répondre à leurs interrogations. Il est censé être ouvert de 9 heures à 20 heures, mais le service était inaccessible dimanche à la mi-journée, d'après les constatations de franceinfo.

3Quels sont les risques pour mon enfant ?

Les contaminations constatées proviennent de salmonelles de type Salmonella agona. Les infections peuvent survenir dans les trois jours suivant l'ingestion et provoquent un tableau de gastro-entérite avec des vomissements, une diarrhée parfois sanglante, et fébrile dans la majorité des cas. L'apparition de ces signes chez un nourrisson doit conduire les familles à consulter un médecin, rappellent les autorités.

4Comment réagit Lactalis ?

À la suite de ces contaminations, les familles de 13 des 20 enfants affectés ont été interrogées, ce qui a permis de découvrir que tous ces enfants avaient consommé du lait infantile 1er âge issu de productions élaborées entre mi-juillet et fin novembre sur un même site de production du groupe LNS (Lactalis). Il s'agit du site de Craon, en Mayenne, a indiqué un responsable de l'entreprise.

"Il y a eu des produits commercialisés sur les 12 lots et d'autres qui sont encore dans nos entrepôts. Ces produits-là ont été bloqués", a ajouté ce responsable.

"Il y aura une analyse et un plan de contrôle encore plus précis pour analyser et voir si on retrouve cette salmonelle dans les produits stockés dans nos entrepôts", a-t-il assuré, précisant que cela était fait "en relation très étroite avec les services départementaux et nationaux" de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF).