Un musée à l'intérieur de l'hôpital Sainte-Anne

Pour la première fois cette année, le Musée d'Art et d'Histoire de l'Hôpital Sainte-Anne, qui a obtenu récemment l'appellation "Musée de France", participera à la 12ème édition de la Nuit européenne des musées, le samedi 21 mai 2016. L'exposition Les Unes et les Autres a pour objectif de montrer la diversité de la Collection Sainte-Anne qui a débuté à la fin du 19ème siècle et dont une partie des œuvres a été créée par les malades de l'hôpital psychiatrique.

La première salle de l'exposition est exclusivement consacrée à l'œuvre de Caroline Mac Donald, une artiste qui a travaillé dans les ateliers de l'hôpital Sainte-Anne dans un premier temps, puis ensuite de chez elle pour continuer son parcours créatif. Deux périodes de l'artiste se dégagent : l'une dans les années 80, dominée par de gigantesques portraits très colorés et pleins de vie, l'autre plus récente, avec des œuvres abstraites dignes de Mondrian. Dans la suite de la visite, des productions d'un tout autre genre se dressent devant nous. De nombreux artistes contemporains de style très différents exposent leurs créations. Collage, peinture, dessin : autant de façons de s'associer à la collection Sainte-Anne.

Depuis 70 ans, la collection Sainte-Anne s'est considérablement enrichie grâce à des dons de psychiatres, d'institutions, de patients et d'artistes. L'ensemble de ces œuvres artistiques épouse l'histoire moderne de la psychiatrie.  Avec l'aide de la Direction des affaires culturelles (DRAC), l'ex Musée Singer-Polignac est devenu le Musée d'Art et d'Histoire de l'Hôpital Sainte-Anne. "L'appellation Musée de France est le fruit d'un travail d'une vingtaine d'années", indique Anne-Marie Dubois, psychiatre, psychanalyste et commissaire de l'exposition.

Egalement responsable scientifique des collections du musée, le docteur Dubois était fière et émue de présenter l'exposition Les Unes et les Autres qui participera pour la première fois cette années à la Nuit européenne des musées. Les Unes sont des peintures de Caroline Mac Donald. Selon la psychiatre, "il est très rare qu'une artiste se révèle et s'affirme en tant que telle à partir d'un atelier thérapeutique". Elle ajoute que "tout malade créatif n’a pas particulièrement de propension à devenir un artiste".

Les Autres sont des œuvres commandées par le musée à des artistes qui n'avaient pas de lien direct avec l'hôpital. De nombreux peintres, dessinateurs et plasticiens ont choisi d'utiliser des thèmes de la Collection Sainte-Anne pour créer leur production, puis de les y laisser comme témoignage d'un engagement. Pour cette raison, l'ensemble des œuvres de l'exposition est cohérent et peut être qualifié d'art brut, art naïf ou encore art des fous. 

Selon la commissaire de l'exposition : "L'hôpital psychiatrique n'est pas un lieu fermé et est apte à avoir un musée, un discours sur son musée ainsi que des œuvres réalisées parfois par des malades parfois par des artistes. On peut mélanger les deux pour montrer l'universalité de l'homme qui dépasse largement le fait d'être malades ou non."

Les organisateurs souhaitent à travers cette exposition que la maladie psychique soit déstigmatisée en montrant simplement des créations qui, si elles épousent l'histoire de la psychiatrie, sont des œuvres avant tout.