Entreprises : le mal-être des patrons de PME

Ils sont des dizaines chaque année à se donner la mort. Pour enrayer ce phénomène, les tribunaux de commerce offrent un encadrement des chefs d'entreprise en détresse.

FRANCE 3

Éric et Véronique Giraudeau vendaient du poisson il y a encore deux ans, dans leur camion, sur la place des villages autour de Saintes (Charente-Maritime). Mais ils ont dû faire face à une liquidation judiciaire. "Je l'ai vraiment vécu comme un échec. Je ne dormais plus. Maintenant, je m'en moque mais à l'époque, il y avait le regard des autres", confie-t-elle au micro de France 3.

"On leur donne du temps"

L'histoire de leur commerce s'est terminée au tribunal de commerce de Saintes. Tous les lundis, le juge, le procureur et le greffier reçoivent des petits patrons en détresse. "On leur donne du temps, pour les écouter. Et c'est quand les gens commencent à s'ouvrir que vous vous apercevez qu'il y a un vrai malaise", exprime le vice-président du tribunal. Face à la recrudescence de suicides de patrons, le greffier a décidé de travailler avec un psychologue spécialisé. Ils ont mis en place un dispositif d'écoute des chefs d'entreprise. Une idée reprise dans une dizaine de tribunaux en France.

Le JT
Les autres sujets du JT