Pourquoi l'Aveyron attire les jeunes généralistes

Grâce au partenariat entre le conseil départemental et la faculté de médecine de Toulouse, l’Aveyron est des départements où le nombre d’installations de médecins dépasse celui des départs. Une piste de réflexion intéressante pour lutter contre la désertification médicale.

A quelques kilomètres de Rodez, dans le département de l’Aveyron, Yasmine Béranger réalise son dernier stage de fin d’études en médecine générale. Plusieurs jours par semaine, elle prend la place du médecin dans son cabinet pour y faire des consultations en autonomie. Cela fait plus de 10 ans que la région développe des stages en cabinet.

Ce programme a été développé par le Professeur Stéphane Oustric, à l’Université Toulouse III : « L’hôpital a excessivement bien formé l’ensemble des médecins français, mais il ne les prépare pas à ce que sera peut-être leur métier de demain, en dehors de l’hôpital, et donc on a décidé de passer de 1 ou 2 stages sur 6 en médecine générale, à 4 sur 6 en cabinet médical.»

Un département très accueillant

En plus de l’encadrement médical, l’Aveyron a mis en place tout un système favorisant la venue des internes en stage grâce à des aides financières pour le logement, le transport… Et cet accompagnement se poursuit lorsqu’ils décident de s’installer pour de bon, grâce à une cellule d’accueil qui facilite les contacts entre les jeunes confrères et qui développe un ensemble de relations professionnelles pour permettre aux et aux compagnes et surtout compagnons des médecins de trouver du travail.

L’année dernière, dans ce département rural, 12 médecins ont pris leur retraite. Mais les jeunes médecins étaient deux fois plus nombreux à s’y installer.

Pourquoi l\'Aveyron attire les jeunes généralistes
Pourquoi l'Aveyron attire les jeunes généralistes