Frais dentaires déremboursés par la Sécu : "Les personnes les plus précarisées vont être le plus impactées" avec "un risque de renoncement aux soins", estime France assos santé

Féreuze Aziza, chargée de mission Assurance maladie à France assos santé, réagit vendredi sur franceinfo à l'annonce de la Direction de la sécurité sociale de la baisse de la prise en charge des soins dentaires de 70% à 60% à partir du 1er octobre prochain.
Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Un dentiste soigne un patient à Chambéry, le 15 mai 2020. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

"Les personnes les plus précarisées vont être le plus impactées" par le déremboursement des frais dentaires par la Sécurité sociale, avec "un risque de renoncement aux soins", estime Féreuze Aziza, chargée de mission Assurance maladie à France assos santé.

Elle réagit, sur franceinfo, vendredi 16 juin, à l'annonce de la Direction de la sécurité sociale de la baisse de la prise en charge des soins dentaires de 70% à 60% à partir du 1er octobre prochain. La différence, qui représente 500 millions d'euros par an, devra être compensée par les complémentaires santé.

>> ENQUÊTE. Paris : des dentistes clandestins opéraient à la chaîne des patients pour leur poser des prothèses

Le problème, note Féreuze Aziza, c'est que "4% de la population générale n'a pas de complémentaire santé". Pour les plus pauvres, "le taux est plutôt autour de 11 à 12%", précise-t-elle. "On est assez inquiets quand on voit qu'il y a un transfert de la solidarité nationale vers le privé", explique la chargée de mission. "On pousse vers les inégalités."

France assos santé craint que la baisse de la prise en charge par l'Assurance maladie pousse les personnes les plus précaires à se passer des soins dentaires. "Ce sont les personnes les plus éloignées qui vont être moins consommateurs"; notamment des séances de prévention dentaire, prévoit Féreuze Aziza.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.