Cet article date de plus de six ans.

Montauban : cinq infirmières entament une grève de la faim

Leur grève dure depuis plus de 48 jours. Des infirmières de la clinique des Chaumes à Montauban ont cessé de travailler pour obtenir des créations d'emplois et une augmentation de salaire. Après trois médiations infructueuses, cinq de ces grévistes entament une grève de la faim.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Les salariés de la clinique des Chaumes à Montauban à l'entame de leur quatrième semaine de grève, le 17 novembre 2015 ©maxPPP)

Elles sont infirmières, mères de famille et en grève depuis 48 jours. Elles demandent des augmentations de salaire et des créations d’emplois. Après trois tentatives de médiation entre la direction et les salariés, sans aucun succès, le mouvement s’est durci. Depuis une semaine, elles dorment sur des matelas gonflables installés à même le sol dans le hall d’entrée de la clinique Pont de chaumes à Montauban. Et cinq de ces aides-soignantes ont entamé cette semaine une grève de la faim.

"Le personnel craque"

Deux fois par jour des médecins viennent prendre leur tension et faire un bilan santé. Installées dans un coin du hall, les femmes mobilisées sont visibles des visiteurs, étonnés de la durée exceptionnelle de ce conflit. "Les salariés sont en sous-effectif permanent et le personnel craque " explique Christophe Couderc de la CGT. "On n’a plus le temps de faire les toilettes correctement, de faire les nursings correctement, de pouvoir échanger avec les patients sur leurs problèmes ", raconte le syndicaliste, pour qui les salariés sont soumis à de très fortes pressions : "Tout doit être fait vite, vite, tout le temps vite" .

 

La CGT s’étonne que la situation soit tant figée à la clinique des Chaumes car, selon elle, il y a beaucoup d’argent. Le syndicat chiffre les bénéfices de l’établissement à un million 200.000 euros, hors crédit impôt.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.