Cet article date de plus de sept ans.

Mobilisation pour Kaena en Gironde : solidarité ou escroquerie ?

C'est l'histoire d'une solidarité teintée d'espoir qui pourrait tourner à l'escroquerie. En Gironde, la maman d'une petite fille atteinte d'une tumeur au cerveau pensait avoir trouvé un chirurgien capable de la soigner. Mais les compétences de l'homme sont contestées.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (© Capture d'écran du site Internet Kaena et les lapinours)

Quand une mère veut tout faire pour sauver sa fille malade. Ca se passe en Gironde. La petite Kaena, 9 ans souffre d'une tumeur du cerveau. Les médecins bordelais disent l'enfant condamnée. Mais la maman refuse ce verdict et a trouvé un médecin qui lui propose une opération de la dernière chance.

Les premiers symptômes sont apparus en janvier : des problèmes d'élocution puis des difficultés à marcher. Des examens sont pratiqués en urgence. Une IRM notamment. Verdict : c'est un gliome infiltrant du tronc cérébral. Une forme de tumeur maligne, agressive. Les médecins tentent la radiothérapie : en vain ! La fillette est alors considérée comme en fin de vie. Plus que quelques mois de sursis. Dévastée forcément par la douleur, la maman, Karine, décide qu'elle ne peut pas accepter cette issue. 

"Mr Théo a l'audace de faire quelque chose" La maman de Kaena
écouter

Un véritable succès pour l'appel aux dons

Pour cette opération, le fameux Docteur australien Charles Teo explique qu'il faut 35 000 euros : pour payer son billet d'avion Sydney - Paris, son hébergement, la réservation d'un bloc opératoire au Luxembourg et aussi pour se rémunérer. Si la sécurité sociale française prend en charge les frais d'hospitalisation, elle refuse de rembourser les frais d'opération et la rémunération du praticien. Alors Karine, la maman de Kaena, a créé une association, Kaena et les lapinours, mobilisé les citoyens et les médias pour rassembler les 35 000 euros. L'appel aux dons a fonctionné. Un vrai succès.

Mais, c'est la suite qui semble avoir ses limites. Autrement dit, l'opération en elle-même. Le chirurgien australien Charles Teo est un praticien présent sur les réseaux sociaux, plusieurs fois médiatisé dans son pays mais controversé, critiqué pour avoir plusieurs fois donné de faux espoirs à des patients incurables. Le Professeur Patrick Delhemmes qui dirigeait jusqu'il y a deux ans le service de neurochirurgie pédiatrique du CHU de Lille estime qu'"on se trouve là face à l'exploitation d'un drame humain par un médecin sans scrupule" 

"C'est manifestement une escroquerie" Le professeur Patrick Delhemmes
écouter

De son côté, le ministère de la santé n'apporte pas de commentaire pour l'instant. Pas de réponse non plus pour le moment de la part du neurochirurgien australien malgré les sollicitations de France Info.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.