"Une mise en danger de la vie d'autrui" : 175 médecins alertent Édouard Philippe sur la dégradation des services hospitaliers

Les signataires de la lettre ouverte au Premier ministre réclament l'ouverture de discussions, pour mener une politique de santé publique.

Une infirmière dans un hopital
Une infirmière dans un hopital (MAXPPP)

Ils disent ne plus pouvoir assurer "leur mission de service public". 175 médecins hospitaliers et libéraux ont adressé une lettre ouverte, envoyée vendredi 15 juin et rendue publique dimanche 24 juin, au Premier ministre Édouard Philippe. Ils s'inquiètent d'une "mise en danger de la vie d'autrui". Selon eux, les services hospitaliers souffrent d'un important manque de moyens et de l'absence d'une véritable politique de santé.

Une situation préoccupante

Cette lettre fait suite à un premier courrier envoyé en septembre 2017 à la ministre de la Santé Agnès Buzyn. Courrier "resté sans réponse", regrettent les médecins. Ils espèrent cette fois être entendus, car la situation se dégrade. "J'ai appris qu'en médecine il y a des choses qui sont urgentes et d'autres qui ne le sont pas. Là, même quand c'est urgent on vous dit qu'il n'y a pas de lit, donc vous embouteillez les urgences", dénonce Bruno Caron, médecin en psychiatrie dans un hôpital près de Grenoble (Isère), interrogé par franceinfo.

Il y a des décès supplémentaires, des protocoles qui ne sont pas respectés. Il y a des pertes de chance tous les jours. Il y a une mise en danger des gensBruno Caronfranceinfo

Les 175 médecins signataires réclament l'ouverture de discussions avec le gouvernement, pour tenter d'enrayer cette dégradation des soins. "Il va falloir faire une économie de 1,2 milliard d'euros. Nous, on dit qu'il y a des réformes à faire, certainement, mettons-nous autour d'une table et allons-y", ajoute Bruno Caron, qui a signé la lettre.