Santé : des opérations chirurgicales injustifiées ?

La Fédération hospitalière de France tire la sonnette d'alarme dans une étude relayée par Le Journal du Dimanche. Les chirurgiens pratiqueraient trop d'opérations. Des gestes opératoires inutiles, des prescriptions d'IRM trop rapides et parfois injustifiées.

France 2

Cette tendance, qui se confirme depuis dix ans, a également un coût économique. En France, il y aurait de plus en plus d'opérations chirurgicales inutiles, de l'avis même des médecins. Dans une étude récente, neuf sur dix disent avoir prescrit des actes qui leur semblaient injustifiés après coup. Pour ce professeur en gynécologie, il y a beaucoup trop d'opérations. Et certaines données posent question : les césariennes, par exemple. En Ile-de-France, proportionnellement, on en pratique 20 fois plus que dans certaines autres régions, et parfois pour une simple raison de confort.

Le paiement à l'acte incite les hôpitaux à opérer plus souvent 

Autre exemple : les opérations du dos. Leur nombre varie du simple au triple selon les régions. On opère beaucoup plus dans l'Est, le Sud-Est et le Sud-Ouest qu'en région parisienne. Alors, mauvaise habitude des médecins ou pression des patients ? Pour la Fédération hospitalière, c'est aussi le paiement à l'acte qui pose problème. Car que l'établissement soit public ou privé, plus il pratique d'actes, plus il gagne d'argent. Selon l'assurance maladie, 30 à 40 milliards d'euros seraient économisés chaque année sans tous ces actes inutiles.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des chirurgiens pratiquent une greffe de la peau dans un hôpital de Lyon, en avril 2012. (Photo d\'illustration). 
Des chirurgiens pratiquent une greffe de la peau dans un hôpital de Lyon, en avril 2012. (Photo d'illustration).  (JEFF PACHOUD / AFP)