Pénurie de Doliprane pour enfants : "Toutes les classes de médicaments sont en rupture", s'inquiète le président de l'Union des syndicats de pharmaciens

"Toutes les classes de médicaments sont en rupture", selon l'Union de syndicats des pharmaciens d'officine. Certaines ruptures sont réelles, d'autres "sont plus dues à quelque chose qui est plus opaque dans la chaîne de transmission du médicament".
Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Un flacon de doliprane (paracétamol) pour enfant. (VALENTINE JOUBIN)

"Toutes les classes de médicaments sont en rupture", s'inquiète Pierre-Olivier Variot, président de l'Union de syndicats des pharmaciens d'officine (USPO) et pharmacien à Plombières-lès-Dijon (Côte d'Or), mardi 6 décembre sur franceinfo, alors qu'il est extrêmement difficile de trouver du Doliprane pour enfants dans les officines. "Ne faisons pas de stock et permettons à toute la population d'avoir ces médicaments", appelle-t-il, affirmant que les pharmaciens trouvent en général des alternatives pour les patients.

franceinfo : Il y a-t-il une pénurie de Doliprane pour les enfants ?

Pierre-Olivier Variot : Il y a une tension d'approvisionnement qui aujourd'hui se transforme en pénurie, essentiellement sur les formes pédiatriques du Doliprane et du paracétamol. On est livrés en médicaments mais de façon très partielle. Je viens de recevoir ce matin un carton que j'attendais depuis 12 jours. Mais on a la possibilité en fonction du poids de l'enfant de basculer sur des formes réservées à l'adulte ou sur des sachets, ce qui permet de pouvoir combler le manque. On a la possibilité de transposer sur de l'Advil en sirop ou éventuellement de l'Aspegic nourrisson si l'enfant n'a pas de contrindication à prendre ce médicament.

Pourquoi le Doliprane est-il en tension ? Est-ce dû à une surconsommation alors que trois virus circulent, le Covid-19, la grippe et la bronchiolite ?

La surconsommation existe, c'est une des raisons des ruptures. Mais la surconsommation a surtout été due à cet été où il y a eu des consommations de paracétamol dans le monde entier à cause du Covid-19, de la crise sanitaire, et cela a fait qu'on n'a pas pu refaire les stocks, alors qu'on se sert d'habitude de l'été pour reconstituer les stocks. Maintenant, ça n'explique pas tout malheureusement. Il y a aussi des mouvements sociaux chez Sanofi qui font que les camions ne partent pas et ne peuvent pas livrer les pharmacies. Et puis on a aussi des tensions sur le flacon de verre. On n'est pas suffisamment approvisionné pour pouvoir fabriquer des flacons.

Manquez-vous d'autres médicaments ?

Il existe des tensions importantes sur certains antibiotiques comme l'Amoxicilline qui est un antibiotique de première intension donné chez l'adulte et chez l'enfant. Cette tension forte se répercute sur d'autres antibiotiques également puisqu'on n'a pas le volume d'Amoxicilline nécessaire.

"Des médicaments sous tension il y en a partout, dans toutes les classes pharmaceutiques."

Pierre-Olivier Variot, président de l'Union de syndicats des pharmaciens d'officine

à franceinfo

Ça va des antidiabétiques, des insulines, des anticancéreux, des antihypertenseurs, des antalgiques... Toutes les classes de médicaments sont en rupture. Des ruptures qui sont vraies dans certains cas et dans d'autres qui sont plus dues à quelque chose qui est plus opaque dans la chaîne de transmission du médicament.

Vous arrive-t-il de ne pas pouvoir donner de médicament du tout à des patients ? Que leur conseillez-vous ?

On a très peu ce cas-là parce qu'on passe beaucoup de temps à chercher les médicaments et à trouver des alternatives, ça peut être un générique, ça peut être un médicament d'une autre marque, donc ça arrive très rarement. Quand ça arrive, on le fait avec l'accord du médecin pour changer de médicament en restant dans la même indication thérapeutique, mais c'est compliqué. Parfois, c'est source d'inquiétude pour les patients.

"Il ne faut pas faire de stock. Le médicament n'est pas un bien de consommation."

Pierre-Olivier Variot

à franceinfo

C'est un produit que l'on prend au bon moment, parce qu'on en a besoin. Donc ne faisons pas de stock et permettons à toute la population d'avoir ces médicaments, surtout que dans les formes adultes, on arrive égulièrement à s'en sortir en passant d'une marque à l'autre, d'un laboratoire à l'autre.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médicament

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.