Cet article date de plus de deux ans.

Les virus phages : dans quels cas peuvent-ils être utiles ?

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Les virus phages : dans quels cas peuvent-ils être utiles ?
FRANCE 2
Article rédigé par
France Télévisions

Alors que l'usage des virus phages comme alternative aux antibiotiques devient de plus en plus plausible, le docteur Damien Mascret analyse cette avancée médicale pour France 2.

L'usage des phages devient de plus en plus concret en tant qu'alternative aux antibiotiques, mais dans quelle mesure ? "C'est vrai que c'est peut-être la solution quand tous les antibiotiques qu'on a essayés ne marchent pas contre une infection : les phages, eux, peuvent agir. On sait aussi qu'il y a de plus en plus de résistance aux antibiotiques dans le monde et en France. Pour vous donner un chiffre : il y a chaque année plus de 12 000 personnes qui décèdent d'infections avec des bactéries multirésistantes. Donc, oui, c'est possiblement une solution", analyse le docteur Damien Mascret.

La production de ces virus est limitée

Le médecin perçoit toutefois "deux petits bémols. Le premier, c'est qu'il peut y avoir aussi des résistances à ces phages, donc il faudra les utiliser avec prudence. Et puis, les phages ne sont pas faciles à produire. Je dirais donc plutôt que ça ne remplacera pas les antibiotiques, mais ça pourrait venir les compléter". Dans quels cas, alors ? "D'abord dans les infections osseuses chroniques, c'est-à-dire des infections qui se prolongent, dont on ne voit pas le bout, en particulier quand il y a eu des prothèses, de hanche ou de genou. (...) Et puis également dans les brûlures étendues, parce que tant que le corps n'a pas refabriqué de la peau, il y a un risque d'infection qui est important. Et enfin dans les infections chroniques qui se répètent, où on doit utiliser souvent des antibiotiques", explique le docteur Damien Mascret.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Médicament

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.