Gare à la surconsommation de paracétamol !

L’Agence du médicament veut alerter sur les risques hépatiques liés à une mauvaise utilisation du paracétamol.

Près de 200 traitements contenant du paracétamol sont disponibles, certains sans ordonnance.
Près de 200 traitements contenant du paracétamol sont disponibles, certains sans ordonnance.

"Le paracétamol est la substance active la plus vendue en France et sa consommation a augmenté de 53% en 10 ans ", indique l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM). Pourtant, trop peu de Français connaissent les dangers liés au surdosage de ce médicament. Aussi l’ANSM a-t-elle décidé d’harmoniser les messages apposés sur les boîtes de médicaments contenant du paracétamol. Pour cela, elle appelle à la participation active de tous, et lance une consultation publique. Tout le monde peut participer, à condition de remplir un document téléchargeable sur le site de l’ANSM avant le 30 septembre.

Des lésions possibles sur le foie

"Le paracétamol est un médicament sûr et efficace dans les conditions normales d’utilisation ", précise l’ANSM. Il a donc peu de contre-indications. Mais les risques d’une surconsommation sont réels, notamment pour le foie, qui peut connaître des lésions irréversibles. "La mauvaise utilisation du paracétamol est la 1ère cause de greffe hépatique d’origine médicamenteuse en France ", souligne l’ANSM.

Le paracétamol agit en inhibant la production de prostaglandines, impliquées dans les processus de la douleur et de la fièvre. A l’heure actuelle en France, près de 200 traitements contenant du paracétamol sont disponibles, certains sans ordonnance. Une boîte ne peut, toutefois, pas contenir plus de 8 grammes de paracétamol.

L’ANSM émet les recommandations suivantes :

  • Prendre la dose la plus faible, le moins longtemps possible
  • Respecter la dose maximale quotidienne et la durée de traitement recommandée
  • Vérifier la présence de paracétamol dans les autres médicaments

Elle rappelle en outre que certaines populations ont plus de risques de souffrir de complications liées à un surdosage. Parmi elles : les personnes pesant moins de 50 kg, celles présentant une insuffisance hépatique, ou les alcooliques chroniques. Elle enjoint à déclarer tout effet indésirable sur signalement-sante.gouv.fr.