Cet article date de plus de huit ans.

Furosémide : perquisition à l'usine du laboratoire Teva, à Sens

Une quinzaine de gendarmes participent à l'opération, sur le site où est effectué le conditionnement du médicament.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'usine de conditionnement du laboratoire pharmaceutique Teva à Sens (Yonne), le 10 juin 2013. ( MAXPPP)

L'usine Teva de Sens (Yonne) est perquisitionnée, jeudi 13 juin, dans le cadre de l'enquête sur le mauvais conditionnement de boîtes du furosémide 40 mg, un diurétique. Une quinzaine de gendarmes participent à l'opération sur ce site de conditionnement du médicament. Elle doit durer jusqu'à la fin de la journée, selon RTL

Mercredi, le parquet de Paris a diligenté une enquête préliminaire pour des faits présumés de mise en danger de la vie d'autrui, tromperie aggravée, administration de substances nuisibles et homicides et blessures involontaires, après les morts suspectes de trois personnes en France qui pourraient être liées à l'interversion de cachets de furosémide et d'un somnifère dans certaines boîtes. Parallèlement, le parquet de Toulon (Var) a ouvert une enquête préliminaire après le décès d'un homme de 78 ans qui pourrait également être une victime présumée de cette erreur de manipulation.

Après une visite dans cette usine de Sens, les inspecteurs de l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) ont dit, mardi, ne pas avoir relevé d'"anomalie majeure". La piste d'une malveillance a été évoquée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Furosémide

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.