Vidéo 6 idées reçues sur les infections sexuellement transmissibles

Publié
Durée de la vidéo : 3 min.
Cécile Letscher, sage-femme démonte 6 idées reçues sur les IST.
BRUT
Article rédigé par

Cécile Letscher, sage-femme démonte 6 idées reçues sur les IST.

Elles se détectent immédiatement après un rapport non protégé

Cécile Letscher : Alors, pas toutes les IST. Il faut attendre en général entre deux semaines pour les chlamydias et un mois et demi pour le VIH et même parfois plus longtemps pour les hépatites. Ça ne veut pas dire qu'il ne faut pas faire un test tout de suite pour savoir si on était positif ou non avant mais ça veut juste dire qu'il faut en faire un deuxième par la suite. 

Le VIH est la seule IST vraiment dangereuse 

Cécile Letscher : Il n'y a pas que le VIH. Il y a plein d'autres maladies. Les plus fréquentes ça être notamment le chlamydia chez les jeunes qui va causer une infertilité si elle est non traitée. Ça peut être aussi le papillomavirus, qui va donner des cancers du col de l'utérus mais aussi des cancers de la gorge pour les hommes, et ça va être notamment l'hépatite B. Malheureusement la vaccination est encore rare et on peut encore en mourir. 

Le sexe oral et le retrait protègent des IST  

Cécile Letscher : Alors pas du tout. Le sexe oral, on va avoir des liquides qui vont être le sperme, les sécrétions vaginales qui vont être dans la bouche du partenaire et d'ailleurs c'est souvent le partenaire qui fait la fellation ou cunnilingus qui va prendre le risque. Et pour le retrait, il va y avoir ce qu'on appelle le liquide pré-séminal, c'est la petite goutte et dans cette goutte-là il y a des spermatozoïdes mais il y a aussi des IST. Donc en fait avec ces pratiques-là, on a aussi des risques.

Pas de symptômes = Pas d'infections 

Cécile Letscher : Pas du tout. La plupart des infections n'ont pas de symptômes. C'est notamment vrai pour le chlamydia qui est la maladie la plus fréquente chez les 18-25 et cette maladie en fait elle va être très cachée, surtout chez les femmes. Et malheureusement si elle est portée pendant plusieurs années voire une dizaine d'années, elle peut rendre infertile. 

"Je n’ai pas beaucoup de partenaires, je ne risque rien"

Cécile Letscher : Malheureusement, il suffit d'une fois pour avoir les infections donc c'est pas vrai si on se protège bien avec un préservatif, que ce soit pour les pénétrations vaginales, anales, les cunnilingus, les féllations, ou même de bien nettoyer les sextoys. Mais malheureusement sinon, il suffit d'une fois. 

Toutes les IST se dépistent par prise de sang

Cécile Letscher : Malheureusement, c'est faux. Souvent on ne fait qu'une prise de sang pour rechercher ces IST. Il faut absolument faire aussi une recherche urinaire ou vaginale, notamment pour le chlamydia ou pour le gonocoque et faire des frottis pour rechercher le papillomavirus chez les femmes qui donne le cancer du col de l'utérus. Il faut savoir aussi que 80 % des cancers de la gorge pour les hommes, c'est souvent à cause du papillomavirus et des pratiques oro-génitales.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.