Suicide : plus de 7% des 18-75 ans en ont déjà fait une tentative

Selon Santé publique France, près d’un Français sur 20 a pensé passer à l'acte au cours des douze derniers mois.

Suicide : plus de 7% des 18-75 ans en ont déjà fait une tentative
Suicide : plus de 7% des 18-75 ans en ont déjà fait une tentative

Selon des chiffres dévoilés ce mardi à l'occasion de la journée nationale de la prévention du suicide, "4,7% des 18-75 ans (ont) déclaré avoir pensé à se suicider au cours des 12 derniers mois, 7,2% (ont) tenté de se suicider au cours de leur vie et 0,39% au cours de l'année". La plupart des adultes qui ont déjà tenté de se suicider l'ont fait entre 15 et 19 ans, et parmi les tentatives de suicide chez les femmes, 30% ont eu lieu à cet âge (contre 19,5% chez les hommes).

Plus de décès chez les hommes

Les données, publiées dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH), portent sur 2017 et sont basées sur le baromètre de l’agence sanitaire Santé publique France, pour lequel 25.000 personnes ont été interrogées. Ce bulletin ne fournit pas de nouveaux chiffres de la mortalité par suicide mais se focalise sur les pensées suicidaires et les tentatives.

S’il y a proportionnellement plus de tentatives de suicide chez les femmes (9,9% d'entre elles disent être passées à l'acte) que chez les hommes (4,4%), les hommes meurent cependant plus. "L'un des facteurs explicatifs serait l'utilisation de moyens plus létaux chez les hommes (armes à feu, pendaison) entraînant, malgré un plus faible nombre de tentatives, davantage de décès que chez les femmes", relèvent les auteurs du BEH.

Episode dépressif caractérisé : un facteur de risque majeur

Selon le bulletin, certaines caractéristiques sont associées aux comportements suicidaires : "le fait d’être une femme, les situations financières difficiles, le fait d'être célibataire, divorcé ou veuf, l'inactivité professionnelle ainsi que les événements traumatisants". Parmi ces évènements traumatisants, "les évènements de vie douloureux pendant l’enfance ou l’adolescence, tels que le décès ou la maladie d’un proche, un climat de violence familiale et surtout le fait d’avoir subi des violences sexuelles (…) semblent être des déterminants majeurs des passages à l’acte suicidaire au cours de la vie", indiquent les auteurs de l’étude. Enfin, pour les hommes comme pour les femmes, "le facteur le plus associé aux pensées suicidaires est d'avoir vécu un épisode dépressif caractérisé au cours de l'année", souligne le BEH.

Les adolescents non pris en compte

Les auteurs reconnaissent toutefois une limite importante à cette étude : "l'enquête n'interroge pas la population des adolescents (moins de 18 ans), très concernée par ce problème de santé publique, notamment les jeunes filles de 15-19 ans pour lesquelles le taux d'hospitalisation pour tentative de suicide est le plus élevé".

Selon des chiffres publiés l'an dernier par l'Observatoire national du suicide (ONS), le suicide a été la cause de 8.885 morts en France métropolitaine en 2014 (6.661 hommes et 2.224 femmes).

Dans un communiqué distinct, l'association Phare Enfants-Parents déplore, elle, que le suicide "ne fasse pas plus l'objet de campagnes de prévention et d'informations du public".