Santé : l'Assurance maladie veut mieux encadrer les téléconsultations

Publié Mis à jour
Santé : L'Assurance maladie veut mieux encadrer les téléconsultations
Article rédigé par
J.Lonchampt, F.Prabonnaud, M.-P.Samitier, V.Lucas, J.-J.Buty, F.Daireaux, J.Chouquet - France 2
France Télévisions

Les consultations en ligne sont passées de 100 000 par an en 2019 à 12 millions aujourd’hui. Comment agir pour éviter les dérives, sans limiter l’accès au soin ?

Consulter son médecin à distance, derrière un écran. Avec le Covid-19, pour beaucoup de Français, les téléconsultations sont devenues un réflexe : plus de 18 millions en 2020, et 12 millions en 2021. Le succès attire aussi quelques abus et dérives, que l'Assurance maladie souhaite encadrer. Dans son cabinet médical de Massy (Essonne), le Dr Arnaud Saada incite ses patients à venir en présentiel. Bien plus efficace selon lui, pour un examen complet. Il ne réalise que 6 % de ses consultations à distance. "Je regarde le motif, et de temps en temps je convertis en consultation, quand le motif ne me semble pas approprié", dit-il.

Changement des règles

Sur internet, certaines plateformes proposent des arrêts de travail en répondant à un simple questionnaire. Pour limiter les excès, le gouvernement et l'Assurance maladie ont décidé de changer quelques règles. Désormais, les consultations en ligne ne sont plus que remboursées à hauteur de 70 %, comme les consultations classiques. Ces rendez-vous ne devront pas dépasser 20 % des actes de soin pour chaque médecin. Depuis le début de l'année, plus de 7 millions de téléconsultations ont été réalisées.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.