Octobre rose : des tatouages contre le cancer

Après un cancer du sein, huit femmes, dans le Nord, ont décidé de se faire poser des tatouages éphémères et de poser devant un photographe. 

France 3

Des femmes ayant été malades d'un cancer du sein se sont fait poser des faux tatouages. Une manière d'apprivoiser le manque et de sublimer la cicatrice. Sous l'objectif d'une photographe, huit femmes suivies à l'institut de cancérologie de Lille métropole (Nord) ont accepté de se dévoiler. Les portraits en noir et blanc sont entre la grâce et l'audace d'une féminité bousculée et retrouvée. "Toute notre vie, ce parcours-là sera à côté de nous et il faudra qu'on vive avec", témoigne Maureen Govart l'une des modèles, avant de poursuivre : " Se le mettre dans la peau c'est une forme d'acceptation et un grand pas"

"C'est une façon de me reconstruire"

Diagnostic, opération, traitement... Tout au long du chemin les infirmières suivent les femmes sans jamais les lâcher. Et quand le corps guérit, se pose la question de l'après. Le temps d'un tatouage éphémère, elles acceptent de se livrer aux regards comme la performance d'une femme réconciliée avec elle-même. "C'est une façon de me reconstruire, mais extérieurement", raconte Barbara. Les photos vont être exposées dans les établissements où ces femmes sont suivies. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Kelly Davidson, victime d\'une double masectomie après trois cancers, pose avec le tatouage qu\'elle a choisi de réaliser à l\'endroit où se trouvaient sa poitrine, Ottawa (Canada), le 12 avril 2013.
Kelly Davidson, victime d'une double masectomie après trois cancers, pose avec le tatouage qu'elle a choisi de réaliser à l'endroit où se trouvaient sa poitrine, Ottawa (Canada), le 12 avril 2013. (CATERS NEWS / SIPA)