Cet article date de plus de huit ans.

Zika : l'inquiétude monte d'un cran

Publié
Durée de la vidéo : 1 min
Zika : l'inquiétude monte d'un cran
Zika : l'inquiétude monte d'un cran Zika : l'inquiétude monte d'un cran
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions
France 2

Pour l'Organisation mondiale de la santé, le virus Zika est une "urgence de santé publique" mondiale. Et l'inquiétude s'intensifie car aux Etats-Unis, on suspecte des contaminations par voie sexuelle.

Les autorités sanitaires de Dallas, aux Etats-Unis, ont annoncé que le moustique-tigre pourrait ne pas être le seul responsable de la propagation du virus Zika. Un patient aurait en effet été infecté au Venezuela, après avoir eu des relations sexuelles avec une personne elle-même malade. De retour aux Etats-Unis, l'homme aurait à son tour transmis le virus par voie sexuelle. Une nouvelle qui inquiète les services de santé américains, d'autant que 80% des personnes contaminées n'ont aucun symptôme.

Un risque jugé "marginal"

À l'Institut pasteur, on n'est pas vraiment étonné de cette annonce. Deux cas de transmission sexuelle avaient déjà été répertoriés. Pour le Professeur Fontanet, ce risque était considéré comme "marginal" : "vraisemblablement, cela restera un mode de transmission mineur, il faut toujours se concentrer sur notre ennemi qui est le moustique". Ce dernier fait de plus en plus de ravages, en Amérique centrale et du sud, où l'on compte déjà plus de 400 cas de microcéphalies chez les nourrissons.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.