Cet article date de plus de sept ans.

Espagne : naissance du premier bébé en Europe atteint de microcéphalie à cause du virus Zika

En Catalogne, 21 femmes enceintes ont contracté le virus après avoir voyagé en Amérique latine, détaille "El Mundo", lundi.

Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Il n'existe actuellement aucun vaccin, ni traitement pour guérir de l'infection Zika, transmise par le moustique. (MARVIN RECINOS / AFP)

En Europe, aucun bébé n'avait encore été victime de microcéphalie en raison du virus Zika. L'hôpital Vall d'Hebron, à Barcelone (Espagne), a annoncé, lundi 25 juillet, la naissance d'un enfant souffrant de cette malformation, rapporte El Mundo (en espagnol)

Selon le quotidien, la mère avait voyagé en Amérique latine il y a quelques mois lorsqu'elle a été infectée par le virus Zika et la dengue. A 20 semaines de gestation, le fœtus a été diagnostiqué comme présentant un risque de microcéphalie. "En Catalogne, 21 femmes enceintes ont contracté le virus Zika après avoir voyagé en Amérique, dont cinq ont déjà donné naissance à des bébés en bonne santé. Il s'agit du seul cas où les médecins ont détecté une malformation chez le fœtus", écrit El Mundo.

Le chef du service de néonatologie a, par ailleurs, indiqué au quotidien que le nouveau-né, dont le sexe n'a pas été précisé, était dans un état "très stable", et ne nécessitait pas d'aide respiratoire externe. 

Des "dizaines de milliers" de bébés potentiellement concernés

L'épidémie actuelle de Zika, un virus transmis par le virus Aedes aegypti qui se répand via les piqûres de moustiques, est apparue en Amérique latine en 2015 et s'est rapidement étendue. Le pays le plus touché est le Brésil, avec environ 1,5 million de personnes infectées.

Des "dizaines de milliers" de bébés risquent de naître avec des malformations du crâne et du cerveau ou d'autres affections en raison de l'épidémie de Zika en Amérique latine et aux Caraïbes, selon une étude publiée lundi.

"Dans le pire des scénarios", 1,65 million de femmes enceintes pourraient contracter le virus au cours de cette épidémie, d'après les auteurs de cette étude, qui jugent "crédible" ce chiffre "plafond". Parmi ces femmes infectées pendant leur grossesse, "des dizaines de milliers" pourraient mettre au monde un enfant atteint de microcéphalie ou d'anomalies cérébrales sans malformation visible du crâne à la naissance.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.