Cet article date de plus de cinq ans.

Aux Etats-Unis, un insecticide anti-Zika a tué des millions d'abeilles

Une ferme a tiré la sonnette d'alarme face à ces pertes colossales. Une collecte de dons a été organisée en ligne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Des abeilles mortes, le 31 octobre 2008 en Isère. (JEAN-FRAN?OIS NOBLET / BIOSPHOTO / AFP)

Des millions d'abeilles mortes. C'est ce que des apiculteurs de Caroline du Sud, dans le sud-est des Etats-Unis, ont découvert jeudi 1er septembre. Ils affirment les avoir trouvées à la suite une campagne d'épandage aérien d'un pesticide controversé, lancée afin d'éliminer les moustiques porteurs du virus Zika. Les Etats-Unis ont identifié 2 600 cas de Zika liés à des voyages à l'étranger.

"Notre petite entreprise familiale a été détruite par la pulvérisation aérienne", se désole Juanita Stanley, apicultrice de la Flowertown Bee Farm and Supplies, à Summerville. "Aidez-nous à partager cette histoire, pour que les abeilles productrices de miel ne soient pas mortes en vain", poursuit-elle sur Facebook, accompagnant son message de photos d'abeilles mortes et d'apiculteurs brûlant les ruches désormais inutiles. Une collecte de dons a été organisée en ligne.

Selon la chaîne locale WCSC, le groupe apicole a perdu 46 ruches et 2,5 millions d'abeilles depuis lundi.

Un insecticide interdit par l'UE depuis 2012

Le comté de Dorchester en Caroline du Sud, dont dépend en partie Summerville, a reconnu avoir ordonné l'épandage aérien d'insecticide tôt dimanche 28 août, après la détection de quatre cas de personnes touchées par le Zika dans cette zone.

L'insecticide employé est le Naled, un pesticide organophosphaté servant à la lutte antimoustique depuis des décennies. L'Union européenne en a interdit l'utilisation en 2012 en raison des dangers qu'il présente pour la santé et l'environnement. Des scientifiques et des écologistes l'accusent de présenter un risque pour le système respiratoire et peut-être de provoquer des leucémies chez les enfants.

Le territoire américain de Porto Rico, frappé de plein fouet par Zika avec 14 000 cas d'infections locales, a d'ailleurs refusé les campagnes de pulvérisation de Naled depuis juillet. L'île utilise uniquement du BTI, un larvicide naturel également utilisé à Miami. Néanmoins, les autorités américaines estiment qu'il est sans danger s'il est utilisé correctement et avec parcimonie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Virus Zika

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.