Alerte au moustique-tigre : on vous explique pourquoi les autorités sanitaires s'inquiètent face à sa prolifération

La Direction générale de la santé a appelé, samedi, à la vigilance envers cet insecte vecteur de plusieurs maladies, désormais présent dans 42 départements de métropole.

Un moustique tigre photographé en France le 10 septembre 2014.
Un moustique tigre photographé en France le 10 septembre 2014. (CDC / BSIP)

Alerte au moustique-tigre ! Les autorités sanitaires ont appelé, samedi 28 avril, à la vigilance envers cet insecte qui peut véhiculer le chikungunya, la dengue et le zika. Il est désormais présent dans 42 départements de métropole. Franceinfo vous explique pourquoi cet insecte qui ne mesure que quelques millimètres inquiète autant les autorités françaises.

Car peu de gens savent le reconnaître

C'est l'un des facteurs qui favorisent sa prolifération en France. Selon une étude de l'Ifop pour le site Vigilance-moustique, 43% des habitants des départements concernés par la vigilance rouge ne savent pas reconnaître cet insecte. 

"C'est un moustique particulier qui est noir avec des rayures blanches. Il est tout petit", d'une taille de "quelques millimètres. Il est plus petit qu'une pièce de 1 centime par exemple", détaille à franceinfo Stéphane Robert, président de Vigilance-moustiques, qui se qualifie de "premier site d'information actualisé sur les moustiques".

Car il peut transmettre des maladies graves

Le moustique-tigre est capable de transmettre des maladies dangereuses : le chikungunya, la dengue ou encore le zika. Il est actuellement à l'origine d'une épidémie de dengue sur l'île de La Réunion et, à cause des voyages entre le département d'outre-mer et la métropole, "il existe un risque d'importation de ce virus", selon la Direction générale de la santé (DGS). 

Voir la vidéo

Si un moustique pique une personne atteinte d'une de ces maladies, il devient porteur du virus et peut ensuite le transmettre. Ce qui fait craindre l'apparition de cas autochtones, c'est-à-dire des personnes piquées et contaminées en métropole. La DGS rappelle que 11 cas autochtones de dengue ont été signalés dans l'Hérault en 2014, 7 cas autochtones de dengue dans le Gard en 2015 et 17 cas autochtones de chikungunya dans le Var en 2017.

Les symptômes de la dengue et du chikungunya, détaillés par Allodocteurs, sont des douleurs articulaires, musculaires, des maux de tête, une éruption cutanée avec ou sans fièvre, une conjonctivite. Si une personne présente ces signes dans les sept jours suivant son retour en métropole, elle doit "consulter un médecin et continuer à se protéger contre les piqûres de moustiques, y compris en utilisant si possible une moustiquaire". Le but : "Ne pas transmettre la maladie en métropole, si le moustique-tigre est présent dans le département."

Car il s'étend chaque année un peu plus

Si le moustique-tigre vit depuis longtemps en outre-mer, son expansion en métropole est nouvelle. Et sa prolifération est spectaculaire. Comme le rappelle France 2, il n'était présent que dans six départements en 2010. Il est désormais présent dans 42 départements de l'Hexagone, y compris dans dont dans la moitié nord du pays avec par exemple la petite couronne parisienne, l'Aisne, ou l'Alsace.

La carte des départements où le moustique tigre est présent.
La carte des départements où le moustique tigre est présent. (DGS)

Ce chiffre "a doublé ces deux dernières années", souligne, vendredi 27 avril, la DGS. Avec des conséquences particulièrement désagréables pour les personnes concernées. "Je ne peux plus sortir cueillir mon muguet sans me faire piquer. C'est infernal, déplore ainsi Marie-Dominique Baudin, une habitante d'Ambès (Gironde) à France 3. Je suis obligée de garder mes petits-enfants à l'intérieur." 

Car il a besoin de peu pour proliférer

"Il suffit de quelques millilitres d'eaux dans un bouchon, dans une soucoupe ou sous un pot pour qu'un moustique-tigre femelle puisse pondre des centaines d'œufs", avertit Stéphane Robert qui donne néanmoins quelques conseils pour limiter son expansion.

Le premier consiste à apprendre à le reconnaître et à le signaler aux autorités sanitaires. Donc, si possible, prendre une photo et l'envoyer à un organisme agréé, sur Vigilance-moustiques.com, ou Signalement-moustique.fr ce qui permet à la veille sanitaire de progresser. "Dès qu'une déclaration est faite, elle est authentifiée et, ensuite, il y a une lutte. C'est-à-dire qu'on va dans le quartier où le moustique a été déclaré. Il y a une lutte antivectorielle. On bombarde d'insecticide. On fait attention à ce que les moustiques-tigres ne transmettent pas les virus dont ils sont porteurs", précise Stéphane Robert.

Deuxième conseil donné par ce spécialiste : comme le moustique-tigre ne vole pas très loin de loin de son point d'origine. Il faut veiller à supprimer les eaux stagnantes. La DGS préconise d'enlever les soucoupes des pots de fleurs ou de les remplir de sable, de changer l'eau des vases plusieurs fois par semaine ou de mettre à l'abri de la pluie tout objet pouvant se remplir d'eau.

Par ailleurs, dans certaines communes comme à Blagnac (Haute-Garonne), près de Toulouse, de nouveaux prédateurs ont été introduits pour les éliminer comme des poissons mangeurs de larves ou des chauves-souris qui peuvent consommer jusqu'à 2 000 moustiques par nuit.