La calcification des artères, mauvais indicateur du risque cardiovasculaire chez le sujet jeune ?

L'étude américaine publiée lundi 30 novembre dans le JAMA Internal Medicine confirme que l'activité physique permet de réduire le risque cardiovasculaire et de décès prématuré. Cependant, elle révèle l'abscence de lien entre la forme physique et le taux de calcification des artères.

Cette recherche, menée avec 4.872 personnes âgées de 18 à 30 ans et qui ont été suivies près de 27 ans, confirme l'importance de rester physiquement en forme. L'étude a été publiée dans le JAMA Internal Medicine.

Les participants ont initialement participé à un test d'effort sur tapis roulant, d'une durée maximale de 18 minutes. L'intensité des efforts exigés était accrue graduellement toutes les deux minutes. Pendant la période de suivi de 27 ans, les auteurs ont procédé à différentes évaluations médicales des participants comme l'obésité, la masse du ventricule gauche du cœur, ainsi que la calcification des artères coronaires [ndlr : dépôts de calcium qui entraînent le durcissement et l'épaississement des vaisseaux sanguins] et la mortalité résultant de maladies cardiovasculaires.

Les résultats suggèrent que pour chaque minute qu'un participant a pu passer sur le tapis roulant, son risque de mortalité "toutes causes confondues" (à 27 ans) diminue d'une valeur comprise entre 9% et 20%. En d'autres termes, comparés à 100 personnes qui auront tenu 4 minutes au test d'effort, on trouvera 27 ans plus tard, de 9% et 20% plus de survivants dans un groupe de 100 personnes qui auront tenu 5 minutes au test.

Le risque de moralité lié aux maladies cardiovasculaires apparait diminué d'une valeur comprise entre 4% et 19% pour chaque minute supplémentaire sur le tapis roulant au début de l'étude.

Perte d'endurance et augmentation du risque de mortalité précoce

Un second test sur le tapis roulant effectué sept ans après le début de l'étude, avec la moitié des participants, a montré un lien entre une dégradation de la forme physique (réduction du temps passé sur le tapis) et un accroissement de la mortalité prématurée et du risque de maladies cardiovasculaires.

Une réduction d'une minute de la capacité à courir sur le tapis correspondait à une augmentation du risque de décès prématuré "dans les 25 années suivantes" estimée entre 7% et 37%. L'augmentation du risque de maladies cardiovasculaires "dans les 25 ans" a été estimé entre +8% et +23%.

Absence de lien entre la forme physique et le taux de calcification

Toutefois, les chercheurs ont été surpris de constater l'absence de lien entre la forme physique chez les jeunes adultes et le taux de calcification de leurs artères pendant la période de suivi. 

"Le fait que la forme physique soit liée dans cette étude à un risque réduit de mortalité, mais pas au taux de calcification, suggère que ce dernier test ne permet pas de prédire le risque cardiovasculaire chez les adultes jeunes et d'âge moyen", conclut le Dr Venkatesh Murthy, cardiologue de l'Université du Michigan, l'un des principaux auteurs de l'étude. Si le taux de calcification des artères est aujourd'hui considéré comme un outil diagnostic important pour identifier le risque cardiovasculaire, le chercheur rappelle que les études réalisées jusqu'alors n'ont porté que sur des sujets âgés.
 

Source : Association of Fitness in Young Adulthood With Survival and Cardiovascular RiskThe Coronary Artery Risk Development in Young Adults (CARDIA) Study. R.V. Shah et al. JAMA Intern Med. publication en ligne du 30 novembre 2015. doi:10.1001/jamainternmed.2015.6309