L'article à lire si vous avez la grippe (ou si vous voulez éviter de l'attraper)

Franceinfo répond à toutes les questions sur la maladie qui vous passent par la tête, même celles que vous n'osez pas poser.

Chaque année, 2,5 millions de Français contractent le virus de la grippe.
Chaque année, 2,5 millions de Français contractent le virus de la grippe. (FRANK MAY / PICTURE ALLIANCE / AFP)

Que vous comptiez parmi les 2,5 millions de Français affectés chaque année par la grippe ou que vous craigniez d'être contaminé pendant cette épidémie, franceinfo répond aux questions que vous vous posez peut-être depuis longtemps sur cette maladie. Même celles qui vous paraissent les plus idiotes.

C'est quoi la différence entre la grippe et un rhume ?

Techniquement, il ne s'agit pas de la même famille de virus, mais ça, ça ne se voit pas dans votre mouchoir. Il faut un microscope pour observer la différence. La grippe saisonnière est due aux virus influenza (principalement les virus A et B). C'est pour ça que les anglophones l'appellent juste "flu". Ce que vous appelez un rhume provient d'une autre famille de virus, principalement des rhinovirus. Ils s'appellent comme ça car ils aiment particulièrement bien s'installer dans votre nez.

Distinguer avec certitude la grippe d'un vilain rhume n'est pas chose facile. Il y a surtout une différence d'intensité entre les deux, mais tout dépend du stade de la maladie, du patient, de sa résistance et même de son envie d'aller travailler ce jour-là. Pour résumer, si un rhume peut réellement vous épuiser et vous ralentir, la grippe vous cloue carrément au lit pour plusieurs jours. 

Parmi les symptômes plus spécifiques de la grippe, et rarement associés au rhume, il y a toutefois la fièvre, une grande fatigue musculaire, voire des courbatures, qui peuvent aussi être accompagnées d'une perte d'appétit et de cette incompréhensible sensation d'avoir chaud et froid en même temps.

Qu'est-ce que je peux faire pour ne pas attraper la grippe, alors ?

La première des précautions à prendre est hygiénique : se laver les mains plusieurs fois par jour, et pas seulement quand vous sortez des toilettes, permet de casser la chaîne de transmission du virus, même simplement avec du gel hydroalcoolique.

Il existe aussi des vaccins. Plusieurs millions de Français – les personnes âgées de 65 ans et plus, les femmes enceintes, les personnes atteintes de certaines pathologies chroniques et les autres, toutes listées sur le site de l'Assurance maladie – peuvent bénéficier d'une prise en charge à 100%.

L'Inserm affirme que "seul le maintien d’une bonne couverture vaccinale, c’est-à-dire d’un taux élevé de personnes vaccinées au sein de la population", permet de tenir le virus à distance. On ne va pas relancer ici le débat autour du vaccin. Mais si vous y êtes réticent, voici un dernier conseil de grand-mère, au risque d'enfoncer une porte ouverte : on tombe moins facilement malade quand on est en forme. Pour ça, il faut faire un peu d'exercice, s'alimenter correctement et dormir suffisamment.

La grippe arrive toujours en hiver. C'est à cause du froid ?

Oui et non. Si les affections respiratoires, dont la grippe, se propagent plus en hiver, c'est à cause du froid mais aussi de nos réactions au froid. Quand il fait froid, le corps humain tente d'abord de réchauffer l'air inspiré avant qu'il arrive aux poumons. Pour cela, les muqueuses nasales transfèrent de l'eau à la température du corps dans l'air froid inspiré. C'est pour ça que vous avez le nez qui coule quand il fait froid, même si vous n'êtes pas malade. Si ce transfert de chaleur est bénéfique pour vos poumons, il assèche toutefois le mucus des voies aériennes supérieures censé vous protéger en piégeant les virus. 

Le froid ralentit aussi le système immunitaire. Comme engourdies, les défenses réagissent moins vite, laissant plus de temps au virus pour s'installer. Alors, faut-il s'enfermer au chaud pour ne pas tomber malade ? Non plus. "La tendance à la concentration de la population dans des espaces confinés et peu ventilés augmente le risque d’infections", explique le ministère de la Santé. Plutôt que d'éviter de sortir, mieux vaut fuir les gens qui se mouchent.

Et si je "booste" mon système immunitaire ?

C'est ce que promettent des rayons entiers de compléments alimentaires, dans toutes les parapharmacies. Ces promesses reposent souvent sur la présence de vitamine C (ou acide ascorbique) dans la composition des produits vendus. Pendant plusieurs siècles, en effet, les marins qui passaient de longues semaines sur les océans risquaient de mourir du scorbut, une grave carence en vitamine C qui se traduisait par d'importantes hémorragies, le délitement des gencives et d'atroces douleurs.

Cette vitamine, nécessaire en toute petite quantité, contribue à l'élaboration du collagène produit en permanence par le corps humain et qui maintient nos cellules ensemble. Une fois identifié et localisé (dans les agrumes et le chou notamment), l'acide ascorbique a donc permis de sauver les vies de milliers de marins. Forcément, depuis, on lui attribue presque des super-pouvoirs.

Sauf que la vitamine C, votre corps, bien incapable d'en produire, ne peut en absorber qu'une quantité limitée. Donc si une petite cure peut-être utile, pour être certain de ne pas manquer, il n'est pas nécessaire d'en avaler des boîtes entières. Mangez plutôt des kiwis (ou des poivrons crus). Il en va de même des cures de magnésium, de vitamine D, de probiotiques… Mieux vaut dormir correctement et manger des fibres, pour que votre système immunitaire fonctionne normalement.

Trop tard, j'ai la grippe. Comment ça se soigne ? Pourquoi mon médecin ne me prescrit pas d'antibiotiques ?

Vous l'avez peut-être assez entendu, mais "les antibiotiques, c'est pas automatique". Contre un virus, même très violent, c'est inutile. Oui, c'est frustrant, mais c'est comme ça. Ne harcelez pas votre médecin pour qu'il vous "donne des antibios", qui ne servent que contre les maladies d'origine bactérienne. Ils ne soulageront même pas vos maux de tête.

A priori, face à la grippe, un médecin peut surtout vous conseiller de prendre votre mal en patience, au risque de vous agacer. Comme l'explique François Chast, chef de la pharmacie de l'Hôtel-Dieu, à Paris, au Huffington Post, la plupart des médicaments ont peu, voire pas d'efficacité du tout contre la grippe. Seul remède symptomatique un peu efficace : le paracétamol, pour faire baisser la fièvre. 

Il existe aussi des traitements qui ne s'attaquent pas aux symptômes de la maladie, mais directement au virus. Si vous n'en avez jamais entendu parler, c'est que leur prescription n'est pas systématique, elle est avant tout destinée aux patients qui présentent de forts risques de complications.

Pourquoi ça fait si mal à la tête ?

Ce mal de tête, c'est justement la fièvre qui le cause. C'est la façon dont le corps se défend contre le virus, qui n'aime pas tellement la chaleur. Les vaisseaux sanguins se dilatent et la circulation du sang accélère. Ce qui explique la sensation de lourdeur ou de martèlement dans le crâne.

C'est désagréable, mais c'est utile. La fièvre empêche ainsi les microbes de se multiplier. Parfois, cela fonctionne tellement bien qu'après une "poussée de fièvre", tout est réglé (et vous ne comprenez pas ce qui vous est arrivé). Parfois, ça ne marche pas, car le virus s'est déjà multiplié dans l'organisme avant que votre corps n'ait commencé à faire monter la température.

Je transpire et en même temps je tremble de froid, comment c'est possible ? 

Cette sensation apparemment aberrante est due au fait que les substances responsables de la fièvre entraînent un dérèglement des neurones sensibles à la chaleur. Tout se passe comme si notre thermostat interne était réglé à une température de référence supérieure à 37°C. Cela active les mécanismes de lutte contre le froid, dont les frissons. Ce sont donc des symptômes qui annoncent la fièvre. En provoquant des contractions musculaires répétées, les frissons entraînent la production de chaleur au niveau des tissus sous-cutanés. Ensuite, lorsque la fièvre est installée, on ressent une sensation de chaleur intense. Quand la température redescend enfin, on transpire alors abondamment (c'est la thermolyse), car la perte de chaleur est plus importante que la production. C'est le triangle de la fièvre : frisson, chaleur, sueur.

Et pourquoi j'ai des courbatures ?

Vous pouvez aussi blâmer la fièvre. Pour produire de la chaleur, les muscles se contractent de manière rapide et répétée. Et à force, ces contractions finissent par faire mal !

Pourquoi je me mouche tout vert ?

Le mucus qui tapisse le nez sert habituellement à filtrer les particules qui entrent dans les narines. Mais en cas d'infection, de grippe par exemple, la production de mucus augmente et des cellules immunitaires appelées neutrophiles s'y multiplient. Ce sont elles qui causent cette couleur verte, car elles font travailler des enzymes, les cytochromes, qui contiennent une forme chimique de fer de couleur verte. Cela n'a rien à voir avec du pus, c'est juste le signe que notre organisme se défend bien. Inutile donc de se fier à la couleur de la morve, de prendre peur et de se ruer vers les antibiotiques.

Ça va durer longtemps comme ça ?

Entre le moment où vous êtes contaminé et celui où vous commencez à manifester des symptômes grippaux, il peut déjà se dérouler entre 24 et 48 heures. Et à partir de votre propre contamination, vous êtes contagieux pendant environ six jours. Mais malheureusement, les symptômes peuvent durer plus longtemps ! En tout, il faut compter entre une et deux semaines pour un rétablissement complet. Pour les personnes immunodéprimées, il faut compter encore plus longtemps à la fois pour la fin de l'état contagieux et pour la disparition des symptômes.

Est-ce que je risque d'en mourir ?

La grippe, lorsqu'elle entraîne des complications, peut être mortelle. Selon l'OMS, la grippe provoque chaque année entre 3 et 5 millions de cas de maladies graves, et entre 250 000 à 500 000 décès. Ces décès surviennent surtout dans les populations à haut risque, et dans les pays industrialisés parmi les personnes de plus de 65 ans.

Les Ehpad sont particulièrement vulnérables car des foyers épidémiques peuvent s'y former. Entre le 23 décembre et le 7 janvier, 65% des résidents de la maison de retraite Korian Berthelot à Lyon ont contracté la grippe, et 13 personnes sont décédées ; leur moyenne d'âge était de 91,5 ans. 

Mais si vous êtes globalement en bonne forme et ne présentez pas de risque particulier, prenez votre mal en patience et tâchez de ne pas contaminer les autres !