Épidémies de gastro-entérite et de grippe : "On ne se précipite pas aux urgences, parce qu'elles sont surchargées"

Odile Launay, infectiologue à l'hôpital Cochin, a expliqué, vendredi sur franceinfo, que la gravité tient essentiellement aux très jeunes enfants dans le cadre de ces épidémies.

Des médicaments sur une table de nuit et une personne malade en deuxième plan.
Des médicaments sur une table de nuit et une personne malade en deuxième plan. (ANGELIQUE SUREL / MAXPPP)

L'épidémie de gastro-entérite a progressé au cours de la semaine de Noël, avec 289 consultations pour diarrhée aiguë pour 100 000 habitants, selon les estimations du réseau Sentinelles, contre 177 la semaine précédente. Six régions sont également concernées par une pré-épidémie de grippe. Odile Launay, infectiologue à l'hôpital Cochin, qui coordonne le groupe vaccination prévention de la Société française de pathologie infectieuse de Langue Française, était invitée de franceinfo, vendredi 3 janvier.

franceinfo : Qu'en est-il de ces épidémies ?

Odile Launay : Tous les ans on a des épidémies hivernales. On est dans les temps, mais cela démarre un peu plus rapidement que d'habitude. Toutefois, les formes ne sont pas particulièrement graves. On ne se précipite pas aux urgences parce qu'elles sont surchargées et qu'il n'y a pas vraiment de traitements spécifiques. La gravité tient essentiellement aux très jeunes enfants parce qu'ils sont déshydratés rapidement. On doit s'inquiéter pour les très jeunes si la diarrhée persiste et qu'il existe une intolérance alimentaire.

Peut-on savoir comment ces épidémies vont évoluer ?

Ces épidémies virales ont pour particularité d'être vraiment impossible à prévoir. On a des surveillances sur les années précédentes qui nous disent qu'habituellement cela évolue encore pendant quelques semaines, mais il n'est pas possible de dire combien de temps cela va durer.

Que veut dire pré-épidémie ?

Cela veut dire que l'on voit déjà des cas en augmentation par rapport au niveau de base. On va arriver vers une épidémie. On sait qu'on est dans une période où la grippe démarre, elle démarre parfois un peu plus tôt. Avec le retour à l’école, puisque les enfants sont les principaux pourvoyeurs de grippe et de transmissions de virus grippal, on va très probablement avoir dans les deux premières semaines de janvier une épidémie qui va se transmettre au niveau national.

Est-il trop tard pour se faire vacciner contre la grippe ?

Non, il n'est jamais trop tard. On dit qu'il faut 15 jours pour que le vaccin soit efficace, mais on ne va pas forcément être en contact tout de suite.