Élevage : le foie gras du sud-ouest pourrait se faire rare cette année

Depuis décembre 2016, deux grippes aviaires consécutives ont décimé la plupart des élevages de canards du sud-ouest du pays. En conséquence, les producteurs de foie gras connaissent d'importantes difficultés financières. Et les aides de l'État se font toujours attendre.

Voir la vidéo
France 3

Une vue unique sur les Pyrénées et dans ce restaurant gastronomique, une carte proposant des produits frais du sud-ouest. Mais cette année pour la première fois depuis l'ouverture il y a huit ans, ni foie gras, ni canard. Une équipe de France 3 a parcouru le Gers à la rencontre des producteurs de ces palmipèdes. Conséquence directe de la grippe aviaire, dans chaque exploitation, des chaînes de protection. "Cette barrière sert à ce que les animaux domestiques ne rentrent pas dans la zone où sont élevés les animaux commerciaux", explique Jean-Pierre Dubroga.

Des indemnités en retard

À une centaine de kilomètres, la situation est grave chez cet exploitant. Pierre Peres a touché ce vendredi matin, seulement 50% de la somme promise par l'État. Cela lui permet de relancer doucement sa production de foie gras, il retrouve un personnel au chômage technique pendant six mois. Le foie gras du sud-ouest risque donc de se faire plus rare sur les étales. Plus rare, donc plus cher d'au moins 15%.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des canards dans une exploitation de Toulouse (Haute-Garonne), le 4 mai 2017.
Des canards dans une exploitation de Toulouse (Haute-Garonne), le 4 mai 2017. (MAXPPP)