Cet article date de plus de sept ans.

Comment l'Europe fait face au retour de la grippe aviaire

La souche H5N8 de la grippe aviaire ne concernait, jusqu'à présent, que l'Asie. Mais des cas ont été détectés, ce week-end, aux Pays-Bas en Grande-Bretagne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des services de santé hollandais contrôlent une ferme après une contamination par la grippe aviaire, le 17 novembre 2014. ( AFP / JEROEN JUMELET)

Le spectre de la grippe aviaire donne à nouveau la chair de poule à l'Europe. Des nouveaux cas ont été détectés en Angleterre et aux Pays-bas, où une souche hautement pathogène du virus a été découverte, dimanche 16 novembre. La forme de virus H5N8 est mortelle pour la volaille et peut se propager à d'autres espèces. Le virus peut aussi se transmettre à l'homme "en contact très étroit avec les animaux".

Cette souche, qui était jusqu'à présent cantonnée à la Chine, la Corée et au Japon, a été détectée pour la première fois en Europe début novembre dans un élevage d'Allemagne. Francetv info fait le point sur les principaux dispositifs mis en place pour lutter contre ce virus.

Interdiction de transport de volailles aux Pays-Bas

Une interdiction nationale de transport de volailles a été décrétée aux Pays-Bas, dimanche 16 novembre, après la découverte du virus dans une ferme d'Hekendorp, près d'Utrecht. Une région qui abrite de très nombreux élevages de volailles. Une partie du village a été fermée à la circulation pendant l'abattage des animaux et des barrages routiers ont été mis en place à environ un kilomètre. 

Au total, les autorités sanitaires devaient inspecter "16 autres exploitations dans un périmètre de 10 km". "Jusqu'à présent, il n'y a pas eu d'autres cas détectés et nous espérons achever les tests mardi", a souligné l'autorité sanitaire néerlandaise (NVWA). Deux élevages à proximité de la ferme contaminée ont déjà été déclarés sains, a ajouté la NVWA. L'interdiction de transport s'applique également aux œufs et au fumier de volailles et devrait durer 72 heures maximum. Dans un rayon de 10 km autour de l'exploitation concernée, l'interdiction durera "en principe" 30 jours.

Quarantaine et abattage au Royaume-Uni

Une exploitation britannique élevant des canards (environ 6 000 oiseaux) a été touchée dimanche par la grippe aviaire. Située dans le Yorkshire, cette ferme d'élevage contaminée, été mise en quarantaine bien que les autorités britanniques aient qualifié le risque de "très faible" pour la santé publique, précise Le Monde. L'abattage des canards a commencé.

Sécurité renforcée en France

Le gouvernement a renforcé "les dispositifs de surveillance" vétérinaire sur le territoire. "A ce stade, aucun cas n'a été détecté en France", précise le ministère de l'Agriculture. Un appel à la vigilance a été émis auprès des professionnels de l'élevage et de la chasse, des vétérinaires, de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage, de la Fédération nationale des chasseurs et des services déconcentrés du ministère dès le 12 novembre. Le gouvernement assure être "prêt dans le cas où la maladie serait détectée en France à activer le plan national d'intervention sanitaire d'urgence".

Un arsenal européen bien rôdé

Face à la grippe aviaire, l'Europe s'est dotée d'une kyrielle de mesures depuis 2003. "Les Etats membres doivent obligatoirement notifier les cas de grippe aviaire à l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), explique Le Monde. Ils doivent ensuite abattre les élevages contaminés, et appliquer des mesures de restriction et de confinement. Les mouvements des personnes sont aussi contrôlés."

La Commission européenne s'est félicitée, lundi 17 novembre, des mesures prises aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne, rapporte Europe 1. "Les protocoles ont été suivis" conformément aux règles européennes, selon le porte-parole de la Commission en charge de la Santé. Les autorités néerlandaises sont même allées plus loin que ce qui était prévu mesures prévues.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Grippe aviaire

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.