Essais cliniques clandestins : l'abbaye de Sainte-Croix ouvre ses portes

Un essai clinique clandestin a été pratiqué sur des centaines de malades dans l'abbaye Sainte-Croix de Poitiers (Vienne). Le responsable a exceptionnellement ouvert ses portes aux équipes de France 3. 

FRANCE 2

L'Agence nationale du médicament (ANSM) a annoncé, jeudi 19 septembre, avoir interdit des tests cliniques clandestins au sein de l'abbaye de Sainte-Croix à Poitiers (Vienne). Créé en 552, l'établissement est géré par neuf religieuses. Leur responsable a exceptionnellement ouvert ses portes à une équipe de journalistes de France 3 Poitiers. Derrière le calme apparent des lieux, la tempête médiatique a laissé des traces.

Des essais cliniques illégaux menés pendant des mois

"On est assommés par cette affaire. On a hâte de retrouver une vie normale", explique Sœur Mireille, responsable de la communauté de l'abbaye Sainte-Croix. Ces religieuses louent une douzaine de chambres dans l'abbaye. Elles disent n'avoir pas mesuré que les essais cliniques menés pendant des mois étaient illégaux. "Notre souci, c'est que les personnes qui viennent aient un désir d'avoir un temps de silence, de recueillement. Mais on ne fait pas une enquête sur les gens", précise Sœur Mireille. C'est le professeur Joyeux qui aurait diligenté ces essais. Selon l'agence du médicament, au moins 350 malades de Parkinson et d'Alzheimer auraient été envoyés ici.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'abbaye Sainte-Croix de Poitiers, à Saint-Benoît, (Vienne), où des essais cliniques clandestins ont eu lieu. 
L'abbaye Sainte-Croix de Poitiers, à Saint-Benoît, (Vienne), où des essais cliniques clandestins ont eu lieu.  (GUILLAUME SOUVANT / AFP)