Cet article date de plus de sept ans.

Ebola : trois traitements bientôt testés en Afrique

Les résultats de ces essais cliniques pourraient être disponibles dès février 2015, selon l'ONG Médecins sans Frontières.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un chercheur travaille dans un centre de traitement britannique dans la banlieue de Freetown (Sierra Leone), le 13 novembre 2014. (FRANCISCO LEONG / AFP)

Les premiers essais de trois traitements cliniques de la fièvre hémorragique Ebola vont commencer en décembre dans trois centres de soins de Médecins sans Frontières situés en Guinée et au Liberia, avec l'espoir de trouver un traitement pour cette épidémie qui a fait plus de 5 000 morts en Afrique de l'Ouest. Leurs résultats pourraient être disponibles dès février 2015, précise l'ONG.

"C'est un partenariat international sans précédent qui représente un espoir pour les malades d'obtenir enfin un vrai traitement d'une maladie qui tue aujourd'hui entre 50 et 80% de ceux qui sont infectés", a souligné le docteur Annick Antierens, qui coordonne les essais pour MSF.

Deux médicaments et des transfusions sanguines

Les protocoles de ces essais sont en phase finale de développement et ont été conçus avec un objectif de survie à au moins 14 jours après avoir développé la maladie. Deux tests, sous l'autorité respectivement de l'université d'Oxford et de l'Institut français pour la santé et la recherche médicale (Inserm), utilisent des médicaments antiviraux. Le troisième, avec l'Institut de médecine tropicale d'Anvers (Belgique), utilise une thérapie à base de sang et de plasma de convalescents.

"Mener des études cliniques sur des médicaments expérimentaux au coeur d''une crise humanitaire est une nouvelle expérience pour nous tous, mais nous sommes déterminés à ne pas décevoir les populations d'Afrique de l'Ouest", a déclaré le professeur Peter Horby, investigateur principal de l'essai mené par l'ISARIC d'Oxford.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Ebola

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.