Des chercheurs français donnent naissance à deux nouveaux antibiotiques, une découverte rare

Une équipe scientique bretonne a découvert deux nouveaux antibiotiques qui vont bientôt être testés sur l'homme. 

Un scientifique dans un laboratoire. (Illustration). 
Un scientifique dans un laboratoire. (Illustration).  (AURELIEN MORISSARD / MAXPPP)

C'est un petit événement dans le monde scientifique. Un laboratoire breton de l'Inserm et l'université Rennes 1 ont donné naissance à deux nouveaux antibiotiques. Une découverte importante car selon l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), 10 millions de personnes mourront dans le monde chaque année en 2050 à cause de la résistance aux antibiotiques actuels. Malgré tout, ces recherches sont coûteuses et seule une poignée de nouveaux antibiotiques sont mis sur le marché. 

Un nouveau médicament "contre toute une série de bactéries"

Les chercheurs rennais se sont rendus compte il y a quelques années qu'une toxine fabriquée par des staphylocoques dorés facilitait, sans surprise, l'infection. Mais, plus étonnant, elle pouvait aussi tuer d'autres bactéries présentes dans l'organisme explique le professeur Brice Felden, qui dirige l'équipe scientifique. "On a fait un pari un peu fou à l'époque. On s'est dit : est-ce qu'on va être capable de séparer l'activité toxique pour nos cellules de l'activité antibiotique pour en faire un nouvel antibiotique d'une nouvelle classe?"

"On a eu de la chance, et un peu d'abnégation quand même, et on a réussi à enlever l'activité toxique et à augmenter considérablement l'activité antibiotique contre toute une série de bactéries", poursuit le professeur Felden. Cette molécule peut permettre de soigner des septicémies et des infections cutanées. Les chercheurs ont noté que les bactéries à détruire ne semblent pas résister.

Les tests, menés jusqu'à présent sur des souris, vont maintenant être étendus à l'homme, pour peut-être donner dans quelques années deux nouveaux médicaments antibiotiques dans nos pharmacies.