Cet article date de plus d'un an.

Vidéo Transmission, prévention du Covid-19 : un médecin infectiologue fait le tri entre vrais gestes utiles et fausses informations

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

Modes de transmission, façons de se prémunir : un certain nombre de fausses informations circulent autour du coronavirus Covid-19. Un médecin fait le point.

Alors que la propagation du coronavirus s'accèlère à travers le monde, la diffusion de rumeurs et fausses informations s'accélère également. Cela a d'ailleurs conduit l'Organisation mondiale de la santé (OMS) à lancer un plan de lutte contre la désinformation.

Le docteur Alexandre Bleibtreu, médecin-infectiologue au service de maladies infectieuses et tropicales de la Pitié-Salpêtrière à Paris, bat en brèche plusieurs rumeurs et met en avant pour franceinfo les solutions les plus efficaces. 

Quelles sont les meilleures solutions pour se protéger du coronavirus ? 

Des rumeurs, parfois totalement farfelues, circulent sur internet concernant les techniques pour se prémunir d'une infection (manger de l'ail, se laver les mains avec de l'urine...). Des internautes s'interrogent aussi sur les mesures préventives réellement efficaces. 

"Les solutions les plus efficaces [pour stopper la propagation du virus] sont les mesures barrières classiques en toute période hivernale avec circulation de virus respiratoire, se laver les mains régulièrement, soit à l'eau et au savon, soit au mieux avec des solutions hydro-alcooliques, et, lorsqu'on a des symptômes respiratoires comme une toux ou un rhume, il faut tousser dans son coude et se moucher avec des mouchoirs à usage unique qu'on jette dans la poubelle et pas comme un ballon de basket". Le docteur Alexandre Bleibtreu ajoute qu'il faut se laver les mains "autant de fois qu'on a besoin, quand les mains sont souillées" et que "l'eau et le savon suffisent" mais que "si on a des solutions hydro-alcooliques, cela peut être plus pratique et rapide". 

Concernant le fait de porter un masque, cela n'est pas utile, dit-il, "sauf si vous avez des symptômes respiratoires, que vous toussez, que vous avez le nez qui coule ou que vous avez mal à la gorge".

La chloroquine, ça marche ?

Selon une étude chinoise publiée le 19 février, un essai clinique mené dans une dizaine d'hôpitaux chinois pour mesurer "l'efficacité de la chloroquine sur le traitement de pneumonies associées au Covid-19" aurait donné des résultats encourageants avec des essais sur "plus de 100 patients". 

"Dans le tube à essai, on voit que la chloroquine, à des taux tolérables pour l'homme, a une action inhibitrice sur le virus", explique le docteur Bleibtreu. "Une étude a ensuite été publiée, si on peut appeler cela une étude car il s'agit plus d'un point de vue, dans une revue scientifique mineure dans laquelle ils expliquent sur sur cent malades, c'est magique. Mais ils ne donnent aucun chiffre, aucun pourcentage. On ne sait pas avec quoi cela a été comparé. Je ne dis pas que la chloroquine n'a pas d'effet mais à l'heure actuelle, ce qui est disponible, au niveau scientifique c'est 'bullshit'". 

L'arrivée de l'été suffira-t-elle à avoir raison du coronavirus ?

Certaines publications affirment qu'avec les beaux jours qui arrivent, le virus pourrait disparaître. Le président américain Donald Trump a lui-même déclaré, le lundi 10 février, que "la chaleur en général tue ce genre de virus", anticipant une fin d'épidemie d'ici avril. D'autres messages sur les réseaux sociaux assurent l'inverse, estimant que le froid et la neige peuvent éradiquer le Covid-19.   

"Classiquement, on sait que les épidémies virales respiratoires sont plutôt hivernales, donc il y a un lien avec le climat et la température. Mais il y a aussi des épidémies virales en été, comme des gastro-entérites", souligne l'infectiologue. On sait qu'il y a des saisonnalités. De là à dire que la remontée des températures va faire disparaître le Covid-19, c'est un point jusqu'où je n'irai pas. Ce qui permettra de freiner la diffusion de ce virus, c'est le respect des règles d'hygiène standard et des mesures barrières classiques."

Si je touche un colis ou une lettre, en particulier en provenance de Chine, qu'est-ce que je risque ? 

Certains internautes se sont inquiétés du fait d'avoir à ouvrir des colis venant de Chine, en relayant le fait que la Poste française avait suspendu récemment des envois de lettres vers ce pays. Or, de telles mesures n'étaient pas dûes au coronavirus lui-même, mais aux capacités aériennes insuffisantes pour transporter le courrier, ainsi que La Poste l'a relayé sur Twitter. 

La Poste a précisé qu'il était toujours possible de recevoir des courriers en provenance de Chine, et ce sans risque. 

Selon le docteur Bleibtreu, "les surface inertes ne sont pas contaminantes en tant que telles. On fait souvent l'amalgame avec le fait que si vous éternuez dans vos mains, et que vous êtes infectés, si vous serrez la main de votre voisin et qu'il se touche le visage comme on le fait tous à peu près dix fois par heure, là il y a un risque que cette personne s'infecte de cette façon. Mais à moins d'importer des animaux sauvages chinois, il y a peu de risque d'être contaminé avec un colis venant de Chine."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.