Cet article date de plus de deux ans.

Vidéo Martin Hirsch : face au coronavirus, "l'héroïsme c'est de se protéger, de se confiner"

Publié
Article rédigé par
Radio France

Le directeur général de l'AP-HP insiste sur l'importance de ne pas se tromper d'attitude face au Covid-19. Pour lui, le changement des comportements est crucial.

Ne pas se tromper d'"héroïsme" face à la crise sans précédent du coronavirus : le directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) Martin Hirsch estime, dimanche 15 mars sur France Inter et franceinfo, que "l'héroïsme c'est de se protéger, de se confiner, ce n'est pas l'acte de bravoure. Etre courageux, c'est être celui qui fait très attention. Montrer l'exemple, c'est donner l'impression d'être précautionneux."

>> Suivez notre direct sur le coronavirus

Pour Martin Hirsch, se dire en guerre contre le coronavirus implique de ne pas se tromper de combat. "Dans une situation de guerre, le héros, c'est celui qui ouvre sa chemise, qui va devant pour montrer l'exemple, poursuit-il. Là, montrer l'exemple, c'est donner l'impression d'être précautionneux."

Aujourd'hui, le coronavirus, ça reste abstrait. Et quand c'est abstrait, on se dit : je vais montrer que je suis plus fort. Ça, c'est la connerie. Etre courageux c'est être capable de renoncer

Martin Hirsch

à France Inter et franceinfo

"Ça n'est pas trop tard, assure Martin Hirsch à propos des mesures annoncées par le gouvernement. Dire 'c'est trop tard et je n'en tiens pas compte' est quelque chose qui peut avoir des effets mortels. Il faut faire le maximum, maintenant, tous, beaucoup, et fort." L'épidémie progresse vite mais "n'a pas explosé. Elle est sur une pente. On est au début de la pente."

Il n'est pas trop tard pour casser la progression du virus (...). La possibilité que la moitié de la population, à la fin de l'épidémie, aura été porteuse du virus, est une hypothèse.

Martin Hirsch

à France Inter et franceinfo

"Si les gens continuent leur vie quotidienne, à se voir, à avoir des moments de regroupement, le moment où une large partie de la population sera contaminée arrivera vite et haut" estime Martin Hirsch. Pour lui, "il n'y a pas un bout de cerveau d'expert qui ne pense pas que la situation est grave et nécessite les mesures les plus fortes." Lui-même reconnait changer son comportement. "Il y a quelques jours je n'aurais pas fait attention" à certaines choses.

Le gouvernement a demandé aux Français de privilégier le télétravail s'ils le pouvaient. "Le télétravail a un impact majeur, confirme Martin Hirsch. On n'est pas en train de faire des mesures d'accompagnement, on est train de faire des mesures de stoppage."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.