Vidéo La Cour des comptes incite-t-elle à réduire le personnel en Ehpad ?

Publié Mis à jour
L'oeil du 20 heures - 10 février 2020
Article rédigé par
France Télévisions

Alors que la profession juge les effectifs en Ehpad insuffisants compte tenu des besoins, la Cour des comptes va parfois à contre-courant en pointant des effectifs élevés. C’est le cas dans un Ehpad de Saône-et-Loire.

Depuis les révélations sur Orpéa, le gouvernement appelle à multiplier les contrôles dans les Ehpad. “Le sujet, c’est le contrôle,” estime la ministre de la Transformation publique Amélie de Montchalin. Des contrôles sanitaires, administratifs, et même financiers : c’est le rôle de la Cour des comptes qui analyse régulièrement la gestion des Ehpad. Mais étonnamment, ses recommandations semblent parfois contradictoires avec une meilleure prise en charge des résidents.

L’Ehpad départemental du Creusot, en Bourgogne, a-t-il trop de salariés ? C’est ce que semble déplorer la chambre régionale des comptes, après son dernier contrôle en 2020. Dans leur rapport qui vient d'être publié, les magistrats financiers tiquent sur les effectifs de l’Ehpad : 89 salariés à temps plein pour 100 résidents, “largement supérieur”, écrivent-ils, à la moyenne nationale des Ehpad publics : 68 salariés pour 100 résidents. “La chambre encourage donc l’établissement à optimiser l’affectation de ses personnels.

Des salariés trop nombreux ?

Cette remarque passe mal auprès des aides-soignantes de l’Ehpad, qui se sentent injustement mises en cause par les magistrats financiers. "Qu’ils viennent une journée avec nous et ils verront qu’au niveau du personnel, on est est même un peu limite, je trouve !" s’insurge l’une d’elles. "On est épuisées, on est fatiguées, on vient travailler alors qu’on est malades," énumère une de ses collègues. Et une autre de conclure : "c’est déplacé, je dirais même injurieux pour notre métier."

Ce rapport de la chambre régionale des comptes interroge d’autant plus qu’il prend pour référence le taux moyen de personnel dans les Ehpad en France. Or selon une étude du ministère de la Santé, ce taux moyen serait insuffisant pour atteindre les objectifs de qualité fixés par l’Etat. Dans ce contexte, l’analyse de la Cour des comptes est incompréhensible pour Lionel Duparay, l'élu départemental à la tête du conseil d’administration de l’Ehpad du Creusot.

"C’est antinomique par rapport à ce que l’Etat peut nous préconiser en disant qu’il faut améliorer les conditions de vie des résidents en augmentant les taux d’encadrement, et la chambre régionale des comptes qui nous dit qu’on a trop de personnel. On est à contre-sens de ce qu’il faut faire !"

Lionel Duparay, président du conseil d'administration de l'Ehpad départemental du Creusot

à France 2

Le cas du Creusot n’est pas isolé. Nous avons passé en revue les contrôles des chambres régionales des comptes sur les Ehpad en 2021. Et dans un rapport sur deux, les contrôleurs soulignent des effectifs supérieurs à la moyenne nationale. 

Contactée, la Cour des comptes précise que ce n’est pas parce qu’elle fait référence à la moyenne nationale, que c’est un objectif à viser. Comprenez : elle se défend d’inciter l’Ehpad du Creusot à réduire son personnel.

Parmi nos sources :

Rapport d'observations définitives sur l'Ehpad départemental du Creusot, Chambre régionale des comptes de Bourgogne-Franche-Comté

Dossier : "Le taux d'encadrement dans les Ehpad", François Reynaud, DREES, décembre 2020

Cour des comptes

Liste non exhaustive.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.