Vidéo Covid-19 : une députée évoque "une énorme grippe", Véran dénonce des propos d'"une gravité totale"

Une vive passe d'armes a opposé le ministre de la Santé à la députée Martine Wonner lors des débats à l'Assemblée nationale sur la prolongation de l'état d'urgence sanitaire.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de la Santé, Olivier Véran, le 13 octobre 2020 à l'Assemblée nationale. (ARTHUR NICHOLAS ORCHARD / HANS LUCAS / AFP)

"Vous avez dit des choses que je considère d'une gravité totale." Lors du débat à l'Assemblée nationale sur la prolongation de l'état d'urgence sanitaire, le ministre de la Santé, Olivier Véran, s'en est pris à la députée du Bas-Rhin Martine Wonner, exclue en mai du groupe La République en marche pour son vote contre le projet de déconfinement.

"Quand vous considérez que ce n'est rien d'autre qu'une 'grosse grippe', qui ne fait finalement que moins de 1% de mortalité, nous sommes 70 millions de Français, si nous devions atteindre une immunité collective de 60-70-80% (…) gageons que nous ayons 40 millions de victimes de ce coronavirus et qu'il n'y ait que 1% de ces 40 millions qui devaient mourir, vous l'acceptez ?", a-t-il lancé, avant de l'inviter à réfléchir : "Vous êtes médecin, vous n'avez pas le droit de vous tromper quand vous dites ça, c'est encore plus grave."

"Pouvez-vous nous dire ce qui change d'une énorme grippe ?"

Un peu plus tôt, la députée alsacienne avait demandé au ministre de lui dire "ce qui change" par rapport à "une énorme grippe". "Qu'est-ce qui change d'une épidémie virale telle que nous en avons connu en 2017 ? Ce qui change, c'est que les mesures prisent par le gouvernement interdisent les médecins de première ligne de pouvoir soigner leurs patients", a-t-elle assurée.

Pour appliquer les nouvelles mesures contre le Covid-19, le gouvernement a rétabli par décret l'état d'urgence sanitaire sur l'ensemble du territoire. Mais, au-delà d'un mois, sa prorogation doit être autorisée par la loi. D'où ce texte, qui prévoit encore des restrictions possibles jusqu'au 1er avril, en sortie de l'urgence.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.