Vaccination : le partenariat avec trois plateformes privées fait polémique

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Vaccination : le partenariat avec trois plateformes privées fait polémique
France 2
Article rédigé par
G. Halard, T. Dorseuil - France 2
France Télévisions

Les plus de 75 ans, soit environ 5 millions de personnes en France, sont invités à prendre rendez-vous en ligne dès jeudi 14 janvier sur Doctolib, notamment. Le recours à des plateformes privées fait grincer des dents. 

Doctolib, Maiia et Keldoc sont les trois plateformes sélectionnées par l’Etat pour permettre aux Français de prendre rendez-vous pour se faire vacciner contre le Covid-19. Des partenariats officiels mais des plateformes privées. Un choix dénoncé par certains internautes et des membres de la France Insoumise (LFI), dont Jean-Luc Mélenchon. Ils invoquent une privatisation de la santé et craignent le fichage des patients.  “Une entreprise privée pourra donc ficher toute personne passée par ses mains. Encore une fois, mépris des services publics, choix contraint du privé et des données de santé privatisées”, a tweeté le président du groupe LFI à l’Assemblée nationale.

Des données “sécurisées”, répond Doctolib

Sur Twitter, Doctolib a répondu à Jean-Luc Mélenchon : “Les données de nos utilisateurs sont sécurisées, utilisées exclusivement pour la prise de rendez-vous et sont la propriété des patients. (...) Nos services sont utilisés par 42 millions de citoyens. Nous accompagnons simplement nos soignants dans l'organisation des centres de vaccination”. Mardi, face aux députés, Olivier Véran a assumé ce choix.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.