Vidéo Vaccin AstraZeneca : il y a "suffisamment de cas de thromboses pour qu'on s'alerte", estime la Haute Autorité de santé

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

En attendant des "éclaircissements supplémentaires", l'autorité sanitaire a recommandé la reprise de la vaccination contre le Covid-19 avec les doses du laboratoire suédo-britannique pour les personnes âgées de plus de 55 ans.

"Il y a deux jours, il y avait environ six cas" de thrombose en France chez des personnes ayant reçu une injection du vaccin AstraZeneca contre le Covid-19, "suffisamment pour qu'on s'alerte", a déclaré jeudi 25 mars sur franceinfo la professeure Dominique Le Guludec, présidente de la Haute Autorité de santé (HAS). Après une courte suspension, l'autorité sanitaire a recommandé, vendredi 19 mars, la reprise de la vaccination contre le Covid-19 avec les doses du laboratoire suédo-britannique, à condition que les patients vaccinés soient âgés au moins de 55 ans.

>> Covid-19 : suivez les dernières informations sur la pandémie et la vaccination dans notre direct

"Il a été observé un type de pathologies très particulières, explique la présidente de la Haute Autorité de santé. Ce ne sont pas des embolies pulmonaires, ce ne sont pas phlébites, ce ne sont pas des infarctus. C'est une maladie de la coagulation très particulière qui nous a amené à nous pencher sur l'utilisation de ce vaccin. Nous l'avions ouvert aux plus de 65 ans et là, en attendant plus d'informations sur la nature de ces accidents qui sont rares mais graves, nous préférons limiter à 55 ans", c'est à dire de réserver ce vaccin d'AstraZeneca aux personnes de 55 ans et plus.

Les personnes concernées par ces cas de thromboses sont "plutôt des gens jeunes et c'est ça qui nous alerte. Comme on vaccine essentiellement les gens âgés, il y a peu de gens jeunes encore qui ont reçu ce vaccin. Donc nous avons encore besoin d'éclaircissements supplémentaires", a expliqué Dominique Le Guludec.

Les personnes de moins de 55 ans ayant reçu une première dose d'AstraZeneca attendent de savoir s'ils vont recevoir une deuxième dose de ce vaccin. "C'est en cours de réflexion. On a du temps pour répondre parce que la deuxième dose se fait au troisième mois. Et pour rassurer les Français, je dirais que plus on attend plus ce vaccin est efficace", a déclaré Dominique Le Guludec.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.