Covid-19 : l'Europe veut devenir "d'ici l'été, le continent qui produit le plus de vaccins au monde", affirme Emmanuel Macron

"ll s'agit aussi d'empêcher que d'autres pays développés se servent sur le dos de l'Europe alors que certains contrats (...) ne sont pas respectés", a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron participe, depuis l\'Elysée à Paris, à une session de travail du Conseil européen en visioconférence, le 25 mars 2021.
Emmanuel Macron participe, depuis l'Elysée à Paris, à une session de travail du Conseil européen en visioconférence, le 25 mars 2021. (MICHEL EULER / AFP)
Ce qu'il faut savoir

L'Union européenne veut accroîte la production de vaccins contre le Covid-19 sur son territoire."[Nous allons] accroître cette production européenne dès les prochaines semaines, afin de produire totalement pour nous-mêmes, et d'être, d'ici à l'été, le continent qui produit le plus de vaccins dans le monde", a affirmé Emmanuel Macron à l'issue d'une première session de travail du Conseil européen, jeudi 25 mars."ll s'agit aussi d'empêcher que d'autres pays développés se servent sur le dos de l'Europe alors que certains contrats (...) ne sont pas respectés", a-t-il ajouté, visant le laboratoire AstraZeneca. Suivez notre direct.

 Trois nouveaux départements placés en confinement partiel. Le Rhône, la Nièvre et l'Aube s'ajoutent aux 16 départements soumis depuis samedi à la fermeture de certains commerces et à l'interdiction de se déplacer au-delà de 10 km sauf dérogation, a annoncé Olivier Véran lors d'une conférence de presse jeudi.

Roselyne Bachelot sous oxygène renforcé. La ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, a annoncé, jeudi sur Twitter, qu'elle bénéficiait désormais d'une "oxygénothérapie renforcée". "Je tenais à remercier tous ceux qui m'ont envoyé des messages chaleureux, ils me touchent et me portent ! Je suis prise en charge par des soignants exceptionnels", a-t-elle déclaré sur le réseau social. 

Situation "très tendue" dans les Hauts-de-France. En tout, "3 281 personnes Covid+ sont actuellement hospitalisées dans la région, dépassant ainsi les deux vagues précédentes" et "la circulation très active du virus se traduit par une nette augmentation des admissions et hospitalisations", avertit l'Agence régionale de santé.

La France pourrait basculer dans la "liste rouge" du Royaume-Uni. Interrogé mercredi au Parlement sur le fait de savoir pourquoi la France ne se trouvait pas sur la "liste rouge" des pays soumis à des restrictions de voyages, Boris Johnson a répondu que c'est "une chose que nous allons devoir étudier". Il a toutefois mis en garde contre les perturbations que provoqueraient d'éventuelles mesures, en particulier dans les échanges commerciaux entre les deux côtés de la Manche. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #COVID_19

23h46 : Les salariés sont priés de rester chez eux au moins quatre jours sur cinq afin de limiter la propagation du Covid-19. La règle n'est toutefois pas toujours respectée. Les équipes de France 2 ont suivi les inspecteurs du travail durant des opérations de contrôle, dans les Hauts-de-Seine.



FRANCE 2

23h21 : Cette décision devrait intervenir demain, écrivait plus tôt dans la journée le quotidien FAZ (en allemand), et être annoncée par l'institut de veille sanitaire national RKI. Reste à en connaître les conséquences. Restrictions de circulations ? Présentation d'un résultat de test ? Jusqu'ici, seul le département de la Moselle, frontalier de l'Allemagne, est classé par l'Allemagne en zone à haut risque.

23h18 : L'Allemagne va classer la France en zone à haut risque face à l'épidémie de Covid-19, a annoncé Angela Merkel. "Il ne s'agit pas ici d'une décision politique mais on constate l'évolution du taux d'incidence, et lorsque ce taux – comme c'est ici le cas – dépasse pendant longtemps le seuil des 200, alors cela entraîne un classement en zone à haut risque."

23h30 : "L'arrivée du variant montre que l'on va se retrouver à la mi-mars dans une situation sanitaire avec des conséquences importantes pour les entrées en réanimation", déclarait pourtant le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, lors d'une audition au Parlement, le 28 janvier. Fin février, le variant identifié au Royaume-Uni était déjà majoritaire en France, comme vous l'expliquait franceinfo.

23h23 : "Je n'ai aucun mea culpa à faire, ni aucun remords, ni aucun constat d'échec. Nous avons eu raison de le faire [ne pas confiner fin janvier]. Le zéro virus n'existe pas, il n'existe pas, et nous ne sommes pas une île. [En janvier], nous considérions qu'avec les mesures de couvre-feu prises et les mesures de freinage, nous pouvions faire face sans qu'il y ait de flambée. C'est ce qui s'est passé."



Emmanuel Macron distingue la situation de janvier et celle du début du mois de mars, avec un variant britannique devenu majoritaire. "Nous avons adapté notre réponse" à ce moment-là, explique-t-il, en faisant valoir le "pragmatisme". Il ajoute que "nous aurons des nouvelles mesures à prendre, tous ensemble" dans les prochaines semaines.



FRANCEINFO

23h07 : "Nous avons eu raison de ne pas confiner la France à la fin du mois de janvier parce il n'y a pas eu l'explosion [à ce moment-là] qui était prévue par tous les modèles", estime Emmanuel Macron.

22h53 : Ce passage est difficile à interpréter, d'autant qu'après la saisie, le laboratoire AstraZeneca a assuré qu'une partie de ces doses était bien destinée à l'Europe, et qu'une autre était destinée aux pays en voie de développement. A ce stade, on ne sait pas si ces doses manquent véritablement à l'appel dans les livraisons prévues.

22h53 : Bonsoir, cela signifie donc que l'UE "bloque" les doses découvertes en Italie et se les répartit ? C'est fort comme décision, si tel est le cas.

22h43 : "C'est la fin de la naïveté", ajoute Emmanuel Macron. Comme Ursula Von der Leyen, un peu plus tôt, il déclare qu'il faudra "bloquer toutes les exportations aussi longtemps que des laboratoires ne tiendront pas leurs engagements avec les Européens".

22h44 : "L'intégralité des contrats passés entre Pfizer et l'UE ont été honorés. Les engagements contractuels pris avec Moderna sont honorés. Mais les engagements avec AstraZeneca ne l'ont pas été, et de très loin. Au premier trimestre, par rapport aux 120 millions de doses actées, 30 millions simplement (...). Je souhaite que les saisines faites en Italie permettront de livrer en temps et en heure les Européens."



Emmanuel Macron cible directement AstraZeneca, qu'il accuse de ne pas avoir respecté le contrat passé avec les Etats membres. Quand il évoque "les saisines", il fait référence à la découverte de 29 millions de doses dans un site de mise en flacon à Anagni, au sud de Rome.

22h35 : Ursula von der Leyen l'UE évoque un mécanisme inauguré en janvier, visant à contrôler les exportations des doses produites dans des Etats membres. Il prévoit de bloquer ces exportations à destination de pays eux-mêmes producteurs de vaccins, composants ou équipements, et qui ne livrent pas l'Union européenne.

22h30 : La présidente de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen, déclare qu'AstraZeneca doit "rattraper" ses retards de livraisons à l'Union européenne avant d'exporter ses doses.

22h28 : Emmanuel Macron renouvelle son objectif de proposer un vaccin à tous les adultes volontaires en France d'ici la fin de l'été. "Nous sommes dans une course de vitesse entre la troisième vague et la vaccination partout en Europe."

22h37 : "ll s'agit aussi d'empêcher que d'autres pays développés se servent sur le dos de l'Europe alors que certains contrats (...) ne sont pas respectés. Notre devoir, c'est d'être en situation d'avoir de tels mécanismes pour avoir ces doses."

22h45 : "[Nous allons] accroître cette production européenne [de vaccins] dès les prochaines semaines, afin de produire totalement pour nous-mêmes, et d'être, d'ici à l'été, le continent qui produit le plus de vaccins dans le monde."



Emmanuel Macron s'exprime sur la vaccination contre le Covid-19, en marge du sommet européen. Une nouvelle fois, il a également défendu la stratégie européenne commune européenne d'achat des vaccins.

22h15 : Vous êtes nombreux à nous interpeller dans les commentaires. En effet, Emmanuel Macron devrait s'exprimer à 22h30 depuis l'Elysée, selon nos informations, à l'issue du Conseil européen en visio-conférence consacré à la vaccination. Nous suivrons évidemment ses déclarations.

21h46 : François Baroin, président de l'Association des maires de France, estime sur BFMTV que la question de la fermeture des écoles devait "être posée" et n'était "pas taboue". Les parents "tombent malades, parfois des parents jeunes" qui viennent grossir les rangs des malades en réanimations. "Je l'ai dit au ministre de la Santé, il y a une question sur les écoles."

21h18 : Les exploitants de remontées mécaniques de montagne, publics et privés, pourront bénéficier d'une aide dont les modalités ont été précisées par décret. Elle compensera au maximum l'équivalent de "49% du chiffre d'affaires annuel de référence" (moyenne des exercices 2017, 2018 et 2019). Pour la période du 1er décembre 2020 au 28 février 2021, "un taux de 75%" sera toutefois pris en compte.

21h26 : Olivier Véran a évoqué tout à l'heure "plus de 45 000" nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures. Voici les données précises communiquées par Santé Publique France. Au total, 45 641 cas ont été détectés sur une journée, contre 34 998 jeudi dernier. Par ailleurs, le nombre de patients en réanimation atteint désormais 4 709.

COVID-19 - Les chiffres clés en France au 25/03/2021

21h00 : Il est 21 heures. Voici les principaux titres de l'actualité :

La Nièvre, le Rhône et l'Aube ont rejoint les 16 départements déjà concernés par les "mesures de freinage fortes". Voici ce qu'il faut retenir de sa conférence de presse.


#TAVERNIER Le réalisateur Bertrand Tavernier, auteur de films comme Coup de Torchon et L.627, est mort à l'âge de 79 ans, a annoncé l'Institut Lumière à Lyon, qu'il présidait.

• Un tableau de Vincent Van Gogh datant de sa période parisienne a été adjugé 13 millions d'euros lors d'une vente de tableaux impressionnistes et modernes chez Sotheby's à Paris.

• Electronic Arts (EA), l'éditeur du jeu vidéo Fifa, a annoncé qu'il mettait fin "immédiatement" à sa collaboration avec Pierre Ménès, chroniqueur de Canal+ mis en cause dans deux affaires d'agressions sexuelles.

Le président américain Joe Biden a annoncé qu'il envisageait d'être candidat à sa succession en 2024, lors de sa première conférence de presse à la Maison Blanche.

20h44 : Vous l'avez suivi ici-même, Olivier Véran a fait un point sur l'épidémie de Covid-19 en France. Evoquant une "dynamique épidémique forte", le ministre de la Santé a notamment annoncé l'extension des nouvelles restrictions sanitaires aux départements du Rhône, de l'Aube et de la Nièvre. Voici ce qu'il faut retenir de sa conférence de presse.

20h36 : "J’en appelle aujourd’hui à ce que tous les territoires qui sont sous confinement soient prioritaires pour la vaccination, et soient quasiment les seuls à avoir les vaccins."



Perrine Goulet, députée apparentée MoDem de la Nièvre, réclame une priorisation des livraisons de vaccins par zone géographique, au micro de franceinfo. Son département, comme 18 autres, fait désormais l'objet de mesures de freinage de l’épidémie. "C'est uniquement par la vaccination qu'on pourra s'en sortir."

19h35 : "Il faut fermer les écoles le plus rapidement possible et pour cinq semaines, à mon avis, afin de couper le développement du virus (...). Il est temps que le sanitaire reprenne le dessus. On dépasse les limites, la réanimation est complètement saturée et, dans la Nièvre, le taux d'incidence a doublé en deux semaines pour atteindre maintenant 340 pour 100 000, avec 85% de virus anglais."



Alain Lassus, président PS de la Nièvre, juge "insuffisantes" les nouvelles restrictions sanitaires étendues à son département, aux côtés du Rhône et de l'Aube.

19h24 : Au départ, il y a nécessairement une phase de montée en régime de la production. Mais au total, 8,1 millions de doses sont espérées d'ici fin juin. A cette date, elles pourraient représenter un cinquième de la force de frappe vaccinale française. Comme vous le soulignez, en effet, ce vaccin a la particularité d'être administré en une seule dose.

19h34 : Bonsoir @Cisou. Le vaccin développé par Janssen (filiale de Johnson & Johnson) a obtenu le feu vert de la Commission européenne le 11 mars dernier. Emmanuel Macron a déclaré mardi que ce nouveau produit devrait arriver en France "à partir de mi-avril". Il va être produit notamment par Sanofi à Marcy-l'Etoile (Rhône) et dans d'autres pays européens.

19h34 : A quand le vaccin de Johnson & Johnson ? Une seule injection donc plus de personnes vaccinées, non ? Je l'attends...

18h58 : Au total, 7 168 437 personnes ont reçu au moins une première injection de vaccin en France, selon les données publiées par Santé publique France, soit 10,7% de la population française. Parmi elles, 2 610 990 personnes ont reçu une seconde dose de vaccin.

18h47 : Bonsoir @Jane. C'est en effet assez surprenant, car il s'agit d'un département plutôt rural. Mais depuis deux semaines, le taux d'incidence s'emballe dans le territoire. Le variant britannique représente près des trois quarts des contaminations détectées. L'hôpital de Nevers est arrivé à saturation après avoir ouvert plusieurs unités Covid-19 ces dernières semaines. Je n'ai malheureusement pas de réponse plus précise à vous faire.

18h45 : Je suisétonnée par la Nièvre... Les raisons d'une telle contamination ?

18h51 : Dans ces 19 départements, les déplacements inter-régionaux sont interdits, sauf motif impérieux ou professionnel, les commerces de première nécessité restent ouverts, les écoles maternelles et primaires, ainsi que les collèges restent ouverts. Les lycées passent en demi-jauge.

19h01 : Bonjour . Reprenons le cas de la Nièvre, du Rhône et de l'Aube, qui rejoignent les 16 départements déjà concernés. A partir de vendredi minuit (dans la nuit de vendredi à samedi), les déplacements sont autorisés de 6 heures à 19 heures dans un rayon inférieur à 10 kilomètres, avec un justificatif de domicile. Pour une distance supérieure, ou pendant le couvre-feu de 19 heures à 6 heures, il faut un attestation dérogatoire.

18h41 : Bonjour, est-ce que l'on a le détail de ces mesures ? Parce que c'était déjà pas bien clair sur les 16 premiers départements... Là ils risquent de perdre les gens ! Et on parle de vendredi minuit ou vendredi matin pour la mise en place ? Merci !

18h35 : "A mi-avril, nous avons l'objectif d'avoir réalisé une injection de vaccin à 10 millions de Français." A ce stade, Olivier Véran ne donne pas encore de date pour le début de la campagne destinée aux forces de l'ordre ou aux enseignants. Il faudra sans doute attendre un taux satisfaisant de couverture vaccinale dans les publics déjà ciblés.

18h34 : La France va-t-elle manquer de bras pour vacciner la population ? Les infirmiers pourront désormais prescrire la vaccination, répond Olivier Véran, et non plus simplement la réaliser. Par ailleurs, le ministre appelle les étudiants en santé et les jeunes retraités des professions de santé à participer à la campagne vaccinale dans les prochaines semaines. "Nous allons le faire, nous allons y arriver."

18h27 : A compter de samedi, rappelle Olivier Véran, la vaccination est ouverte aux plus de 70 ans qui auront le choix de se rendre en centre de vaccination, chez le médecin ou en pharmacie. Mais le ministre s'adresse également aux plus de 75 ans qui n'ont pas encore bénéficié d'un vaccin. Une campagne d'appels téléphoniques "systématique" sera mise en place par l'Assurance maladie et 3 000 personnes seront mobilisées pour le faire.

18h19 : "Il n'y a pas un confinement, il y a cinquante nuances de mesures qui tiennent compte de la situation épidémique et de ce que nous savons du virus. La situation est évolutive parce que le virus ne circule pas toujours à la même vitesse, parce que des variants sont apparus, parce que la vaccination change la donne."

19h28 : "La pression hospitalière, déjà forte, va continuer de monter dans les prochains jours (...). Comme beaucoup de réanimateurs en témoignent, le profil de ces patients change : plus jeunes et parfois sans comorbidité."



L'objectif est d'arriver à un chiffre de 2 250 lits de réanimations en Ile-de-France pour les patients atteints de Covid-19, détaille Olivier Véran. Dans la région, plus de 1 400 lits sont déjà occupés par ces malades. Pour arriver à atteindre ce seuil, "entre 35 et 40% des activités ont été déprogrammées, et à terme, ce sont sans doute 80% des activités qui devront être déprogrammées."

19h29 : "La fermeture des écoles est une solution de dernier recours car elle a des conséquences très lourdes (...), [même si nous] ne nions pas que le virus peut se transmettre à l'école, et de l'école aux familles."



Olivier Véran justifie à présent la décision de laisser les écoles ouvertes, malgré la situation sanitaire.

19h29 : "Même si être dehors affaiblit le risque, si vous vous retrouvez à 15, vous allez immanquablement baisser la garde (...), baisser le masque et augmenter le risque d'être infecté."



Olivier Véran justifie la mesure interdisant les rassemblements de plus de six personnes sur la voie publique.

18h17 : La Nièvre, le Rhône et l'Aube rejoignent les 16 départements soumis "aux mesures de freinage renforcée", annonce Olivier Véran.

19h29 : "Plus de 45 000 Français ont été diagnostiqués au coronavirus ces dernières 24 heures (...). La situation est la plus préoccupante en Ile-de-France, dans les Hauts-de-France et en Provence-Alpes-Côte d'Azur."



Olivier Véran commence sa conférence de presse avec les derniers chiffres de contaminations, qui sont à un niveau extrêmement élevé dans le pays.

18h00 : Merci Raphaël, bonjour à toutes et à tous. En effet, nous allons suivre dans quelques minutes la conférence de presse du ministre Olivier Véran consacrée à la situation sanitaire. Le Premier ministre Jean Castex, qui a visité tout à l'heure l'hôpital de Melun, ne participe pas à ce point hebdomadaire.

17h58 : Il est presque 18 heures, faisons un nouveau point sur l'actualité :

La Nièvre, le Rhône et l'Aube vont-ils rejoindre la liste des départements reconfinés ? C'est l'une des questions auxquelles doit répondre le ministre de la Santé, Olivier Véran. Sa traditionnelle conférence de presse démarre à 18 heures. Suivez notre direct.


#TAVERNIER L'Horloger de Saint-Paul, Coup de torchon, Le Juge et l'Assassin, Capitaine Conan... Le cinéaste Bertrand Tavernier est mort aujourd'hui à l'âge de 79 ans. Toutes les réactions sont dans notre direct.


#COVID_19 Hospitalisée depuis hier, Roselyne Bachelot est actuellement placée sous "oxygénothérapie renforcée". La ministre de la Culture l'a elle-même annoncé sur Twitter. Elle veut remercier "tous ceux qui [lui] ont envoyé des messages chaleureux".


Tam tam, tadam... En raison du confinement partiel qui fait chuter la fréquentation, la SNCF annonce qu'il y aura moins de TGV en circulation à partir du lundi 29 mars.

#UE Un nouveau sommet européen a débuté à 13 heures, en visioconférence. Le président américain, Joe Biden, en sera l'invité exceptionnel ce soir, à 20h45.

17h47 : Manque d'ambition politique, mauvaise coordination… L'Union européenne doit affronter de nombreuses critiques sur les lenteurs d'approvisionnement en vaccins. On vous raconte dans cet article ses trois principales erreurs.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'exprime à Bruxelles (Belgique), le 16 mars 2021. (THIERRY MONASSE / HANS LUCAS / AFP)

(AFP)

17h29 : Quelques précisions supplémentaires sur l'oxygénothérapie renforcée dont bénéficie Roselyne Bachelot actuellement. Pour cela, "on utilise un appareil qui n'est pas un appareil qui aide à respirer, ça n'est pas un ventilateur, explique à franceinfo Djillali Annane, chef du service de réanimation de l'hôpital Raymond-Poincaré, à Garches (Hauts-de-Seine). C'est un appareil qui va permettre de générer des quantités d'oxygène très importantes et à un débit très élevé que l'on va administrer par de petites lunettes nasales que l'on installe dans les narines." "C'est quelque chose que l'on utilise en routine et qui permet dans la majorité des cas de ne pas recourir à l'intubation et à la ventilation mécanique", précise-t-il aussi.

17h14 : C'est dans moins d'une heure maintenant que débutera la traditionnelle conférence de presse du ministre de la Santé (18 heures), Olivier Véran. Sachez que nos amis de franceinfo (canal 27) sont déjà en édition spéciale. Si vous souhaitez y jeter un œil, c'est ici.

16h58 : Pour se déplacer, les voyageurs doivent être munis de leur titre de transport et de leur attestation de déplacement dérogatoire dans les départements ou situations où celle-ci est requise.

Tous les billets grandes lignes (TGV Inoui, Ouigo et Intercités, TER en correspondance) sont échangeables et remboursables sans frais jusqu'au dernier moment jusqu'au 18 avril. L'article complet est ici.

Un TGV en gare de Perpignan (Pyrénées-Orientales), le 11 février 2021. (JC MILHET / HANS LUCAS / AFP)

(AFP)

16h57 : "Il s'agit d'une moyenne par axe, et l'offre est adaptée au cas par cas pour chaque destination en fonction de l'existence de mesures sanitaires renforcées dans les départements au départ ou à l'arrivée, ainsi que de l'observation de la demande des voyageurs", note la SNCF dans son communiqué, en précisant que les TGV maintenus seront "les plus adaptés en termes d'horaires".

16h56 : Et lesliaisons internationales ?• Eurostar garde un unique aller-retour Paris-Londres par jour, ainsi qu'un Amsterdam-Bruxelles-Lille-Londres

• La SNCF prévoit 4 allers-retours par jour Paris-Bruxelles (dont un Paris-Amsterdam et un Paris-Dortmund), 8 allers-retours vers l'Allemagne, 6 vers la Suisse, 2 vers l'Italie et 2 vers l'Espagne.


16h55 : Et pour les autres lignes ?• Plan de transport des Intercités inchangé, avec 6 trains sur 10

• Côté trains de nuit, la desserte du Sud-Ouest vers Toulouse est suspendue, le Paris-Briançon étant toujours assuré en semaine (via Modane et une correspondance en bus)

• Offre des TER réduite à 72% de la normale dans les Hauts-de-France.