"Entre 200 et 250 créneaux supplémentaires par jour" : le vaccinodrome de Gerland, à Lyon, se prépare à accélérer la cadence

Alors que le gouvernement est en passe d'élargir les conditions pour se faire vacciner et ouvre la vaccination à tous avec les doses restantes à partir du 12 mai, cette montée en puissance ne pose pas de problème particulier dans les vaccinodromes lyonnais.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le centre de vaccination du Palais des Sports de Gerland, à Lyon, le 23 avril 2021. (JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Au Palais des sports de Gerland, à Lyon, on vaccine sept jours sur sept contre le Covid-19 : on compte déjà 130 000 injections de Pfizer en trois mois et demi. Lundi 10 mai, le principal vaccinodrome de Lyon accueillera les plus de 50 ans. Le centre fera face, répond sa responsable, Jihane Fattoum. "Lundi, il y aura entre 200 et 250 créneaux supplémentaires par jour, indique-t-elle. On passe de 14 000 à 15 000 injections par semaine, pour rapprocher la date pour les plus de 50 ans, sans comorbidités, du 15 mai au 10 mai."

>> DIRECT. Covid-19 : le régulateur britannique recommande de limiter le vaccin d'AstraZeneca aux plus de 40 ans

Deux jours plus tard, tout le monde pourra bénéficier des doses non utilisées, à condition qu'il en reste. À partir de lundi, les personnes de plus de 50 ans, sans comorbidités, pourront se faire vacciner contre le Covid-19 et à partir du mercredi 12 mai, vaccination possible sans limite d'âge avec les doses restantes. Dans les vaccinodromes lyonnais, cette montée en puissance n'est pas un problème.

Aucune dose n'est jetée

"Pour Gerland, poursuit Jihane Fattoum, qui est un centre de grande ampleur, l'organisation est faite en fin de journée pour qu'il n'y ait aucune dose jetée. Donc il n'y a pas de files d'attente, ni liste d'attente, mais les créneaux qui seront disponibles dans la journée seront pour des personnes éligibles. On n'a pas de doses qui restent : il y a zéro dose jetée."

Pour la troisième fois, l'Olympique lyonnais a ouvert le Groupama Stadium à la vaccination : 14 000 injections de Pfizer sont prévues sur quatre jours. Dans la file d'attente, on approuve les annonces d'Emmanuel Macron. "Je trouve ça très bien, on aurait même dû le faire plus tôt", indique un homme. "Je trouve que c'est une bonne nouvelle, complète une patiente à ses côtés. Il faut étendre de plus en plus à toute la population, surtout celle qui est volontaire pour se faire vacciner." "C'est bien que ça soit ouvert le plus possible à plus de gens possible", note un autre patient.

"Plus vite on sera tous vaccinés, plus vite on pourra revivre tranquille. Il y a beaucoup de gens qui sont réticents et il faut laisser passer ceux qui veulent se faire vacciner."

Un candidat au vaccin à Gerland

à franceinfo

"C'est peut-être le moment de ne pas laisser tomber cet élan d'envie de se faire vacciner ! Les gens ont envie de se protéger, conclut une autre, pour pouvoir profiter peut-être aussi plus facilement de la liberté qui va arriver." Le Groupama Stadium doit devenir un vaccinodrome pérenne à la mi-juin.

Lyon se prépare à vacciner en grand : reportage de Christophe Vincent
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Vaccin contre le Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.